Les déchets d’emballage battent des records en Europe

4209


Des cartons d’emballages compressés dans un supermarché, à Saint-Philbert-sur-Risle (Eure), le 30 mai 2019.

Gobelet à usage unique à la pause-café, colis pour les achats en ligne, bouteilles d’eau… Les Européens n’ont jamais produit autant de déchets d’emballage. En 2021, l’Union européenne en a généré 188,7 kg par habitant, soit 10,8 kg de plus par personne par rapport à 2020, selon un bilan publié jeudi 19 octobre par Eurostat. C’est la plus forte augmentation depuis dix ans et près de 32 kg de plus qu’en 2011, rappelle l’office statistique européen. La publication de ces données intervient alors que la bataille fait rage au Parlement européen avant le vote, mardi 24 octobre, en commission environnement, sur le règlement emballages.

Au total, les Européens ont produit 84 millions de tonnes de déchets d’emballage en 2021. De grandes différences apparaissent selon les pays. Les Croates sont les plus sobres, avec 73,8 kg par habitant, et les Irlandais, les plus gros producteurs, avec 246,1 kg par tête. Les Français se situent au-dessus de la moyenne (près de 200 kg).

Si l’on s’intéresse cette fois à la répartition par matériau, le papier et le carton arrivent largement en tête, avec 40,3 % du volume total des déchets produits en Europe. Le plastique, pourtant le plus léger des emballages, se place en deuxième position (19 %), juste devant le verre (18,5 %), bien plus lourd. Suivent le bois (17,1 %) et le métal (4,9 %).

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Plastique : les dangers d’une pollution incontrôlée

Est-ce l’effet d’un désamour pour le plastique ? Eurostat explique que l’augmentation record entre 2020 et 2021 (+ 6 %) est « principalement due » à celle des emballages en bois. Le volume représenté par les cagettes, cageots, caissettes, bourriches et autres boîtes a augmenté de 19 %. Le carton et le papier, de plus en plus utilisés en substitution du plastique dans l’alimentaire, ont progressé de 3,9 %.

« Haute ambition »

Le plastique, qui fait l’objet de négociations internationales pour aboutir à un traité visant à limiter la pollution qu’il génère, a également crû de 3,9 %, soit une augmentation de 1,4 kg par habitant. Ainsi, en 2021, chaque Européen a généré en moyenne 35,9 kg d’emballages plastiques. Un chiffre qui a bondi de 26,7 % en dix ans, ce qui correspond à une hausse de 7,6 kg par habitant. Parallèlement, la quantité d’emballages plastiques recyclés a toutefois bondi de 38,1 % (+ 3,9 kg par tête).

En matière de recyclage, les performances sont également très variables d’un pays à l’autre. La Slovénie est l’Etat qui recycle le plus, avec un taux de 50 %, devant la Belgique (49,2 %) et les Pays-Bas (48,9 %). Avec 23 %, la France fait partie des très mauvais élèves. Seuls le Danemark (22,9 %) et Malte (20,5 %) font moins bien. Paris, qui défend pourtant un texte de « haute ambition » pour mettre un terme à la pollution plastique d’ici à 2040 dans le cadre des négociations sur un traité international concernant le plastique, est ainsi très loin de l’objectif assigné par l’UE : atteindre au moins 50 % de plastiques recyclés en 2025.

Il vous reste 51.86% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link