Le cyclone Remal a fait au moins 65 morts au Bangladesh et en Inde

2447


Devant un magasin détruit par le cyclone Remal à Patuakhali, au Bangladesh, le 29 mai 2024.

Le cyclone Remal qui a frappé le Bangladesh et l’Inde a fait au moins 65 morts, ont annoncé, mercredi 29 mai, les autorités et des médias de ces deux pays. Le cyclone, accompagné de vents violents et de fortes vagues, a touché terre dimanche soir, se dirigeant lentement vers l’intérieur des terres en provoquant des inondations et des glissements de terrain.

« En termes de durée, c’est l’un des plus longs [cyclones] dans l’histoire du pays », a expliqué, mardi, à l’Agence France-Presse, Azizur Rahman, directeur du département météorologique du Bangladesh, un organisme rattaché au gouvernement. D’après lui, la récente dépression a frappé son pays pendant plus de trente-six heures, tandis que le dernier record, qui remontait à 2009 avec le cyclone Aila, avait été d’environ trente-quatre heures.

Le cyclone Remal se serait également formé plus rapidement que quasiment tous les autres observés ces dernières décennies. « Il a fallu trois jours pour qu’il se transforme en violent cyclone en raison de la basse pression dans le golfe du Bengale (…) Habituellement (…) cela prend sept à huit jours », a détaillé Azizur Rahman, qui voit « l’impact du changement climatique » dans ce phénomène.

Au Bangladesh, pays le plus touché par le cyclone, au moins 17 personnes sont mortes, selon le bureau de gestion des catastrophes et la police. Certaines se sont noyées. D’autres ont été tuées par la chute de débris, d’arbres ou de lignes électriques.

En Inde, 48 personnes ont été tuées dans le nord-est du pays, selon un nouveau bilan communiqué par le gouvernement et des médias. Le précédent faisait état de 21 morts. L’Etat de Mizoram enregistre le plus lourd bilan, avec 28 morts. Parmi eux, 14 ouvriers ont été écrasés mardi dans l’effondrement d’une carrière à la suite des fortes précipitations, a déclaré le gouvernement du Mizoram dans un communiqué.

L’Etat du Bengale-Occidental, situé à la frontière avec le Bangladesh, compte 10 morts, a déclaré mercredi Sumit Gupta, un haut responsable du gouvernement. Les Etats d’Assam, de Nagaland et de Meghalaya, dans le nord-est de l’Inde, déplorent également au moins 10 morts, selon des rapports cités par le Hindustan Times.

Augmentation du nombre de cyclones

Les cyclones ont tué des centaines de milliers de personnes au Bangladesh ces dernières décennies et leur nombre frappant son littoral, situé à basse altitude et densément peuplé, a fortement augmenté, passant d’un à trois par an, en raison du changement climatique.

Cependant, de meilleures prévisions météorologiques et des évacuations préventives mieux planifiées ont permis de réduire considérablement le nombre de morts.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Source link