un an après, une marche en hommage à Nanterre

3007


Mounia Merzouk, la mère de Nahel, participe à un rassemblement en hommage à son fils, à Nanterre, le 29 juin 2024.

Plusieurs centaines de personnes se sont réunies samedi 29 juin à Nanterre pour rendre hommage à Nahel, 17 ans, dont la mort, il y a un an lors d’un contrôle de police, avait provoqué plusieurs jours d’émeutes dans tout le pays.

Mené par la mère et des proches de la victime derrière une banderole « Justice pour Nahel et pour tous les autres », le cortège s’est élancé en début d’après-midi de l’esplanade Charles-de-Gaulle, à quelques centaines de mètres du quartier Pablo-Picasso où vivait l’adolescent, en direction de la place Nelson-Mandela où l’adolescent est mort.

Derrière eux, de nombreux jeunes silencieux vêtus d’un tee-shirt blanc où l’on peut lire « Justice pour Nahel, exécuté le 27 juin 2023 ». « On est là pour soutenir la mère », a expliqué à l’Agence France-Presse Fatou, 16 ans, venue avec deux de ses amies.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Mort de Nahel à Nanterre, aux racines d’un embrasement

Questions sur le tir du policier

Le jeune homme a été tué le 27 juin 2023 d’une balle tirée à bout portant par un policier motocycliste qui contrôlait le véhicule qu’il conduisait. D’après des éléments de l’enquête, le véhicule conduit par Nahel avait été stoppé par la circulation à l’issue d’une course-poursuite.

Une première version policière, selon laquelle le jeune homme aurait foncé sur le motard, a rapidement été infirmée par une vidéo amateur de la scène diffusée sur les réseaux sociaux. On y voit les deux policiers sur le côté du véhicule, braquant le conducteur avec leurs armes. L’un d’eux ouvre le feu alors que le véhicule redémarre. La voiture s’encastre ensuite dans un bloc de béton, quelques dizaines de mètres plus loin. Les policiers ont maintenu qu’ils étaient en danger de mort, car coincés entre la voiture et un mur.

L’auteur du coup de feu, Florian M., motard âgé de 38 ans au moment des faits, a été mis en examen pour meurtre et incarcéré pendant cinq mois. Il a été libéré et placé sous contrôle judiciaire en novembre 2023 après plusieurs demandes de son avocat.

Une reconstitution des faits a eu lieu le 5 mai : en présence de leurs avocats, le policier auteur du tir, son collègue présent ce jour-là et plusieurs témoins ont été confrontés à leurs déclarations, notamment pour établir si Florian M. était en danger de mort.

La mort de Nahel a entraîné des émeutes d’une ampleur exceptionnelle à travers toute la France. Bâtiments publics attaqués, écoles et tribunaux brûlés, magasins pillés : un rapport du Sénat a estimé que les dégâts causés par les émeutes, moins longues mais plus intenses que celles de 2005, avaient coûté un milliard d’euros.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Source link