Rue de Charonne, à Paris, Daniel Quéré bichonne les vélos et les clients

4268


Daniel Quéré dans sa boutique-atelier Ça Redémarre, à Paris, le 7 février 2024.

C’est en Allemagne, à l’occasion d’un ride Paris-Berlin avec son ami Alexis, que Daniel Quéré a découvert le concept du vélo-café, lieu urbain hybride très en vogue dans le nord de l’Europe. On vient y bichonner sa bécane et échanger avec d’autres amoureux de la petite reine devant un cappuccino ou une salade. « Je travaillais à l’époque dans l’informatique et je n’en pouvais plus de passer mes journées assis devant mon PC. J’ai mis en cohérence ma passion pour le vélo et mon activité professionnelle en trouvant une place dans un atelier de réparation. »

Juste le temps de se faire un peu la main, il finit par sauter dans le grand bain en 2018, en ouvrant sa propre boutique, Ça redémarre. Sans avoir de business plan en tête, il choisit un quartier bobo et vélo : la rue de Charonne, dans le 11e arrondissement de Paris. En plein essor de la « mobilité douce », le ­succès est immédiat.

Le plafond ajouré en lames de bois massif recyclé rend l’espace extrêmement chaleureux. Des lampes industrielles de récupération et des suspensions en fils métalliques parachèvent le décor. D’un côté, l’atelier et l’espace de vente, de l’autre, la cuisine, le bar et quelques tables pour déjeuner ou prendre un café sur le pouce. « Certains habitués se posent quelques heures avec leur ordinateur pour télétravailler », s’amuse le propriétaire des lieux. A gauche, en entrant, on trouve tout l’équipement nécessaire au cycliste du dimanche ou au randonneur : sacoches de la marque allemande Ortlieb, casques sportifs Giro ou modèles plus urbains Mârkö.

Dans le café-atelier Ça Redémarre, à Paris, le 7 février 2024.

Une dizaine de biclous attendent les bons soins de Daniel Quéré et d’Elie, son apprenti arrivé en septembre. Au rayon des vélos d’occasion, on trouve exclusivement des marques des années 1970-1980 : Gitane, Motobécane, Motoconfort. Mais le cœur de l’activité, c’est bien la réparation. Le fondateur de Ça redémarre propose même une formule incluant une réparation crevaison et un café (16 €), baptisée chaque année du nom du vainqueur du maillot vert du Tour de France. Lors des nocturnes, le jeudi soir, Daniel Quéré propose des cours de réparation aux amateurs qui cherchent à être un peu autonomes avant une randonnée de plusieurs jours.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Les candidats se bousculent pour se former à la réparation de vélos

Cette boutique, l’ancien informaticien l’a voulue avant tout comme un lieu de rencontre et d’échange. Un dimanche par mois, il organise avec ses clients une randonnée en région parisienne : « La dernière fois, nous avons suivi la Seine vers le nord jusqu’au parc de Saint-Cloud, une boucle de 60 kilomètres. » Les gens vont et viennent dans le magasin comme s’ils entraient chez un pote. Quelqu’un passe en revue les vélos d’occasion à vendre en buvant une bière Bapbap, la microbrasserie du quartier, quand d’autres observent Daniel Quere en train de retendre des câbles de frein. Le profil de sa clientèle ? « Des habitants du quartier à 80 % qui enfourchent chaque jour leur vélo pour se déplacer et se rendre au boulot. Les 20 % restants, souvent des connaisseurs passionnés, pratiquent le vélo sportif et la randonnée pendant le week-end ou les vacances. »

Il vous reste 9.67% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link