les socialistes dénoncent le débat organisé entre Gabriel Attal et Jordan Bardella

3203


Pour Léon Deffontaines et Manon Aubry, Raphaël Glucksmann est un « nouveau Hollande »

Haro sur Raphael Glucksmann à gauche. Invités respectivement sur Public Senat et sur Europe 1/CNews, les têtes de liste communiste et « insoumise », Léon Deffontaines et Manon Aubry, ont chacun fustigé leur homologue socialiste lundi matin.

« Il y a quelque chose à gauche qui ne va pas », a estimé M. Deffontaines, avant de s’en prendre au candidat socialiste, qualifié de « nouveau Hollande » : « Quand je vois Raphaël Glucksmann nous défendre l’Europe comme une chance, je comprends des électeurs qui se disent, “si c’est ça la gauche alors ce n’est pas pour moi”. » Pour le candidat communiste de 28 ans, « l’Union européenne est une machine à broyer des jeunes », et il plaide pour « une autre Europe, une autre vision », entre « la radicalité de Jean-Luc Mélenchon et le libéralisme de Raphaël Glucksmann ».

Questionné pour savoir si, selon lui, la tête de liste PS-Place publique incarnait la gauche, M. Deffontaines a répondu qu’il ne le « pense pas ». « Au même titre que François Hollande était un président de la République de gauche, honnêtement je ne pense pas », a-t-il ajouté, critiquant le programme de l’eurodéputé : « Raphaël Glucksmann se dit de gauche, sauf quand il parle des retraites, quand on parle des services publics, quand on parle de l’élargissement de l’UE. »

« Quand je vois Glucksmann défendre l’élargissement de l’UE à des pays où le salaire minimum est à 200 euros par mois, j’ai envie de demander aux électeurs qui sont prêts à voter Raphaël Glucksmann, est-ce que vous êtes prêts à voter pour l’élargissement de l’UE ? Est-ce que vous êtes prêts à voter pour la mise en concurrence des travailleurs ? », a-t-il interrogé.

Alors qu’il devance, jusqu’ici, les autres candidats de gauche et qu’il se rapproche de Valérie Hayer, Raphaël Glucksmann a également essuyé les critiques de l’« insoumise » Manon Aubry, lundi matin. Cette dernière a notamment critiqué M. Glucksmann pour s’être opposé dimanche à « une retraite universelle à 60 ans », sur France 3, et ce alors que le programme de la Nouvelle Union populaire, écologique et sociale (Nupes), signée au printemps 2022 pour les élections législatives, prévoit de « restaurer le droit à la retraite à 60 ans à taux plein ».

« Je vois comment Raphaël Glucksmann, comment le PS, sont en train de détruire ce qu’on a construit avec la Nupes, a dénoncé Mme Aubry. Il y a la retraite à 60 ans auxquels ils tournent le dos, il y a le marché européen de l’énergie auquel on avait dit collectivement qu’on était prêt à y déroger… » « C’est le retour d’un hollandisme qu’on a déjà essayé », a-t-elle lancé, à un mois du scrutin européen.



Source link