l’enquête avance selon Beauvau ; les agents pénitentiaires poursuivent leur mobilisation

4736


Un agent pénitentiaire fait brûler des pneus au centre pénitentiaire de Caen-Ifs, près de Caen, le 16 mai 2024.

L’enquête avance pour retrouver le commando qui a attaqué un fourgon pénitentiaire, tuant deux agents et en blessant trois autres pour faire évader un multirécidiviste, a assuré Gérald Darmanin jeudi 16 mai, qui participait, aux côtés d’Eric Dupond-Moretti, à l’hommage aux deux victimes dans l’Eure. Quelque « 350 enquêteurs » sont mobilisés sur la piste des auteurs de l’attaque sanglante et du détenu en fuite, Mohamed Amra, et « ils avancent très bien » dans leurs investigations, a affirmé M. Darmanin sur France 2.

Une perquisition a eu lieu mercredi à Evreux (Eure) dans le cadre de cette enquête, a révélé une source proche du dossier à l’Agence France-Presse (AFP), sans plus de précisions. La traque s’organise aussi au-delà des frontières, avec une notice rouge émise par Interpol à la demande des autorités françaises pour localiser l’évadé au cas où ce dernier serait parvenu à quitter le pays.

Par ailleurs, Gérald Darmanin a fait savoir qu’il avait saisi la justice pour qu’elle enquête sur la fuite des images de cette attaque spectaculaire, qui ont été diffusées sur les réseaux sociaux.

Poursuite du blocage des prisons vendredi

Le blocage des prisons se poursuit. L’intersyndicale de l’administration pénitentiaire a appelé à poursuivre vendredi le blocage des prisons, les réponses du gouvernement à ses revendications comportant selon elle « trop de conditionnel », a déclaré à l’AFP Wilfried Fonck, du syndicat UFAP-UNSA Justice. Choqués par le meurtre de deux de leurs collègues, abattus mardi matin dans le guet-apens au péage d’Incarville dans l’Eure, les agents pénitentiaires ont entamé mercredi un mouvement de blocage des établissements pour « maintenir la pression » sur le gouvernement.

Leurs représentants syndicaux ont été reçus mercredi à Paris par le ministre de la justice, Eric Dupond-Moretti, qui a pris plusieurs engagements. Mais ils exigeaient un accord écrit, qui a leur été transmis jeudi matin. Ce « relevé de décisions » prévoit notamment de doter les agents d’armes longues, en plus des actuelles armes de poing, lors des transferts et de limiter les extractions les plus dangereuses, en ayant recours à la visioconférence ou au déplacement des magistrats en prison.

« L’accueil des annonces est mitigé localement, ça ne semble pas suffisant pour l’instant et nous sommes méfiants », a confié Loïc Boyer, responsable du syndicat FO-Justice à Caen. Pour Ludovic Motheron, responsable CGT pénitentiaire en Nouvelle-Aquitaine, il n’y a encore « rien de concret ». « Ils nous ont promis quelques petits trucs pour essayer de faire baisser un peu la pression », mais rien d’immédiat, et au centre pénitentiaire de Mont-de-Marsan (Landes), « on a durci le mouvement », a-t-il déclaré.

Hommage silencieux à Incarville

Dans le petit village normand d’Incarville (Eure), secoué mardi par l’attaque mortelle menée par le commando lourdement armé à la barrière de péage toute proche, un recueillement silencieux, avec dépôt de gerbe, s’est déroulé vers 18 heures, réunissant environ cinq cents personnes, selon l’AFP.

« Nous sommes tous réunis en cette fin d’après-midi pour rendre un hommage aux deux agents pénitentiaires sauvagement assassinés il y a deux jours au péage d’Incarville, dans les conditions que vous connaissez », a déclaré le maire de la commune, Patrick Maugars. « Nos pensées les plus émues vont aujourd’hui à leurs familles. Nous pensons également aux trois agents pénitentiaires gravement blessés », a-t-il ajouté, avant une minute de silence.

Le Monde Ateliers

Cours en ligne, cours du soir, ateliers : développez vos compétences

Découvrir

Les ministres de l’intérieur, Gérald Darmanin, de la justice, Eric Dupond-Moretti, et de la défense, Sébastien Lecornu, y ont participé. MM. Darmanin et Lecornu ont annoncé se rendre ensuite à la brigade de gendarmerie de Louviers, voisine d’Incarville, pour s’entretenir avec les fonctionnaires « intervenus en premier sur les lieux de l’embuscade meurtrière du péage ».

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Source link