Le « modoTwitch », sentinelle de son streameur adoré

2503


D’utilisateur lambda, il aura suffi de quelques clics pour qu’il soit promu « modo » et prenne de l’importance auprès de son idole. Modo ? Modérateur de contenu sur la plate-forme de streaming Twitch, pour le compte d’un streameur qui l’a adoubé. Enfin, l’heureux élu a obtenu le badge représentant une épée blanche sur fond vert tant convoité, accolé à son pseudonyme.

Abonné à la chaîne de streaming de son créateur de contenu préféré, le « modoTwitch » est chargé de maintenir le tchat dans un esprit de bienveillance et de filtrer certains messages sur cette plate-forme où la haine peut trop facilement prendre le dessus. Investi d’une mission de la plus haute importance, il fait passer son streameur avant tout, un peu comme s’il était le garde du corps d’une personnalité de haut rang. Tant pis s’il ne doit dormir que trois heures par nuit. Pour cause, en acquérant le statut de « modo », il devient un privilégié. Depuis son interface spécialisée, il bénéficie de fonctionnalités supplémentaires. Tel un chien de garde, il guette les éventuelles incartades et n’hésite pas à grogner un bon coup pour rappeler qui est le responsable de ce pré carré virtuel… et se sentir vivant.

Gagner la confiance de la plate-forme n’a pas été évident. Il y a laissé quelques plumes en payant nombre de subs (« dons »), un abonnement mensuel, et en faisant preuve d’une fidélité à toute épreuve.

Paradoxalement, le « modo » est le premier à se moquer des femmes passionnées par leur influenceuse lifestyle préférée, qu’il toise avec un brin de mépris. Mais, pour lui, « c’est différent ». « Moi, mon streameur me fait confiance, il me répond et connaît mon “username” », lance ce sniper du tchat à sa petite-cousine, aficionada de Léna Situations, qui serait prête à vendre sa mère pour obtenir un selfie avec elle.

Travail déguisé

Dans la vie réelle, ses proches sont éberlués par ce « loisir », qui en réalité est davantage un travail déguisé. Interrogé à ce sujet, le streameur Antoine Daniel (plus de 1 million d’abonnés sur Twitch) explique en vidéo qu’il ne rémunère pas ses sept ou huit modos réguliers. « Personne n’a l’obligation d’être là, c’est vraiment du pur altruisme », explique-t-il. Dans les commentaires, les langues se délient. Certaines pointent une forme d’exploitation, grâce à l’influence qu’un streameur acquiert sur ses viewers. Quand d’autres, eux-mêmes modos, défendent ce bénévolat comme un moyen de « rendre service ». Toutefois, certains créateurs de contenus plus avancés embauchent et rémunèrent des modos, comme en témoignent deux employés dans la vidéo du streameur Gotaga.

Il vous reste 22.81% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link