Le « Madoff du Maine-et-Loire » condamné à deux ans de prison ferme pour escroquerie

3582


Un homme, âgé de 41 ans, a été condamné jeudi 28 mars, à Paris, à cinq ans d’emprisonnement dont deux ans ferme pour avoir escroqué des dizaines d’investisseurs du Maine-et-Loire entre 2012 et 2014, par le biais d’un fonds spéculatif à Hongkong.

Surnommé par la presse le « Madoff du Maine-et-Loire », en référence au célèbre escroc américain, Guillain Méjane a été reconnu coupable d’escroquerie, de fourniture illégale de services d’investissement et de blanchiment de fraude fiscale, le tribunal précisant que la partie ferme de sa peine serait aménagée et qu’il n’ira donc pas en prison.

Avec un ami d’enfance et associé, il avait convaincu des habitants de l’Anjou d’investir au total près de 16 millions d’euros dans la société Now For Tomorrow (NFT). Alors qu’ils vantaient des rendements prodigieux grâce au trading, 10,6 millions d’euros ont été perdus sur les marchés financiers et 1,6 million d’euros ont été utilisés en dépenses personnelles par Guillain Méjane, le reste ayant d’autres destinations, selon l’enquête.

Indemnisation d’une soixantaine d’investisseurs

Le prévenu a été condamné à dix ans d’interdiction de gérer une société et d’exercer une profession liée à la finance. Sa maison dans le Maine-et-Loire a été confisquée comme le prix de vente d’une Ferrari acquise avec les fonds de NFT.

La présidente a souligné la « gravité des faits », du fait du « nombre de victimes, du montant du préjudice », mais aussi « d’un certain cynisme » du prévenu « qui manifestement a fait le choix délibéré d’exercer cette activité très risquée sur les marchés du Forex sans aucun agrément, sans compétence et en se plaçant volontairement en dehors de toute surveillance ».

« On se félicite que le tribunal soit allé en deçà des réquisitions » et qu’il « ait retenu la faute des parties civiles qui ont concouru à la réalisation de leur dommage », ce qui diminue « considérablement les dommages et intérêts », a réagi son avocat Me Pierre-Henri Baert. Un éventuel appel de Guillain Méjane, qui conteste toute escroquerie, est en « réflexion », a-t-il précisé.

L’ancien associé de M. Méjane, Gaëtan O., a quant à lui été relaxé des poursuites pour complicité d’escroquerie, mais condamné à deux ans de prison avec sursis probatoire et 50 000 euros d’amende pour fourniture illégale de services d’investissement et blanchiment de fraude fiscale. La tante et la grand-mère de Gaëtan O. ainsi que le père de Guillain Méjane se sont vu infliger de la prison avec sursis et des amendes pour blanchiment.

Enfin, les trois hommes ont été condamnés solidairement à indemniser une soixantaine d’investisseurs parties civiles, mais le tribunal a estimé que ces derniers avaient pour la plupart commis une « négligence fautive », en substance qu’ils avaient signé trop légèrement les contrats de NFT, réduisant leur indemnisation de 60 %.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Source link