le Hamas et le Djihad islamique se disent prêts à conclure un accord, à condition d’un « arrêt total de l’agression » à Gaza

3054


L’ONU dénonce l’opération de libération des otages et ceux qui les détiennent

L’ONU s’est dite mardi à la fois « profondément choquée » par l’impact sur les civils de l’opération israélienne de libération des otages et « profondément affligée » par le fait que des groupes palestiniens continuent à détenir des otages. « Toutes ces actions, par les deux parties, pourraient s’apparenter à des crimes de guerre », a souligné un porte-parole des Nations unies, tout en précisant qu’il n’avait pas de moyen indépendant de vérifier le bilan de 274 civils tués donné par le Hamas, mais le « juge proche d’être à 100 % exact ».

L’armée israélienne a mené samedi une opération spéciale parmi les plus meurtrières de la guerre pour ramener quatre captifs qui étaient aux mains du mouvement islamiste palestinien. Le ministère de la santé local, administré par le Hamas, a avancé les chiffres de 274 morts et près de 700 blessés palestiniens, ce jour-là dans la partie centrale de l’enclave. L’armée israélienne, quant à elle, n’avance aucun chiffre, mais elle nie la crédibilité de cette source.

La mission israélienne auprès de l’ONU à Genève a réagi mardi en notant que les Nations unies avaient « enfin réalisé que le Hamas utilise les Palestiniens comme boucliers humains »« Au lieu d’adopter une position claire et cohérente contre cette stratégie odieuse, il prend l’habitude de calomnier Israël. Cette fois, pour avoir sauvé nos otages », a souligné la mission dans un communiqué.

Le bilan civil de cette guerre « est avant tout le produit de la stratégie délibérée du Hamas » et « ceux qui continuent de protéger les terroristes du Hamas, y compris le HCDH (Haut-Commissariat aux droits de l’homme), sont complices des souffrances des Palestiniens et des Israéliens », a encore accusé la mission.



Source link