Le gouvernement annonce 63 millions d’euros d’aides publiques au renouvellement de la flotte ultramarine

4663


« Dix pour cent – des 1 449 navires – de la flotte ultramarine » française pourra être renouvelée d’ici à un an, après l’accord de Bruxelles à l’octroi d’aides publiques à la modernisation de la flotte de pêche, a déclaré, jeudi 28 mars à l’Agence France-Presse, le secrétaire d’Etat chargé de la mer et de la biodiversité, Hervé Berville.

« C’est vraiment un jour important, cela faisait des années que l’on attendait l’accord de la Commission européenne pour débloquer des aides publiques au renouvellement de la flotte en outre-mer », a déclaré M. Berville. « Pour la France, c’est 63 millions d’euros d’aides publiques qui ont été autorisées », ce qui devrait permettre de couvrir « environ 60 % » du coût de rénovation ou renouvellement des bateaux en 2024, a-t-il détaillé.

Cela va permettre « d’avoir des navires qui sont plus sûrs, moins polluants, qui permettent d’attirer de jeunes marins dans le métier » et de répondre à « un enjeu de souveraineté alimentaire, avec enfin plus de produits locaux dans les cantines en outre-mer », a-t-il affirmé, soulignant que l’âge moyen des bateaux, souvent en bois, était de plus de 35 ans dans les territoires ultramarins.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Les défis de la décarbonation de la pêche française

« Crédibilité du projet européen »

Pour la seule Guyane, le secrétaire d’Etat vise 25 % du renouvellement de la flotte en un an, qui va concerner aussi bien les petits navires de moins de 10 mètres, les plus nombreux, que les 12-18 mètres, destinés à une pêche plus hauturière dans la zone économique exclusive française.

L’aval pour ces aides était aussi, pour la France, une question de « crédibilité du projet européen ». L’Union européenne était dans « une situation paradoxale » : au travers de l’aide au développement à des pays comme le Brésil ou le Suriname, « on avait des bateaux étrangers financés par l’Union européenne, bateaux qui venaient concurrencer des navires guyanais qui ne pouvaient pas être renouvelés », a-t-il souligné.

La modernisation de la flotte permettra aussi de relancer une pêche plus hauturière dans la zone économique exclusive de Guyane « qui fait l’objet pour l’instant de beaucoup de pêche illégale », ni contrôlée ni durable, avec « des conséquences sur nos stocks de poissons ».

Le gouvernement estime que les premiers appels à projet devraient être lancés en septembre et les chantiers avant la fin de l’année, avec une sortie des premiers bateaux des chantiers navals français entre fin 2024 et mi-2025. Et espère pouvoir répondre « d’ici à 2030 » à « l’ensemble des demandes de renouvellement de la flotte ».

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Source link