« Le droit au logement régresse », critique la Commission nationale consultative des droits de l’homme

4918


Lors d’une conférence de presse sur l’état du logement en France, organisée par les associations de la plateforme logement pour tou-te-s, devant le ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires, à Paris, le 21 mars 2024.

C’est un avis particulièrement nourri, et critique, sur la situation du droit au logement qu’a adopté, à l’unanimité, la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH), jeudi 28 mars. « Malgré quelques avancées législatives, on constate que depuis notre avis de 2016 sur le sujet, le droit au logement suffisant a régressé. Et que les ménages les plus pauvres sont ceux qui ont le plus de difficultés à se loger, y compris dans le logement social », résume Jean-Marie Burguburu, président de cette institution indépendante fondée en 1947 pour protéger les droits de l’homme, accréditée auprès des Nations unies.

« Le droit à un logement convenable fait partie des droits fondamentaux, et il conditionne d’autres droits, tel que celui à une vie privée et familiale, à la santé, au travail et à l’éducation », rappelle Florence Gheorghin, représentante de l’association ATD Quart Monde au sein de la CNCDH et rapporteure de cet avis. « Les manquements de la France à ce sujet lui ont valu d’être interpellée vigoureusement par les représentants de l’ONU lors d’une visite en 2019 et à trois reprises en 2023, mais le gouvernement n’a pas infléchi ses choix », poursuit-elle.

Premier constat de ce texte de 99 pages : « les insuffisances persistantes dans le recueil des données sur le logement compromettent la pertinence de l’action publique ». La dernière enquête nationale sur le logement menée par l’Insee remonte à 2013 – la CNCDH recommande pour sa part de la réaliser tous les quatre à six ans, comme c’était auparavant le cas – ; l’enquête consacrée au sans-abrisme, qui date de 2012, ne va être reconduite que cette année ; s’y ajoute un déficit de chiffres concernant les départements et régions d’outre-mer, pourtant très touchés par le mal-logement.

« Discrimination systémique »

L’avis souligne aussi le « manque de fiabilité des données » du système d’enregistrement des demandes de logement social, la connaissance trop partielle des parcs de logements vacants, de logements indécents et de logements accessibles aux personnes à mobilité réduite ou à besoins spécifiques.

Deuxième constat, qui s’appuie sur une quinzaine d’auditions et de nombreuses statistiques publiques et rapports (Eurostat, Insee…) : le mal-logement s’est aggravé depuis 2016. Un Français sur cinq n’est pas satisfait de ses conditions d’habitation ; 18 % vivent dans un logement pouvant être considéré comme insalubre ; la financiarisation du logement va croissant – les prix dans l’ancien ont bondi de 225 % en vingt ans quand les revenus des ménages ne progressaient que de 29 %, les locations touristiques ont explosé au détriment de la location à l’année, moins rémunératrice pour les propriétaires…

Il vous reste 59.39% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link