Home World Joe Biden s’entoure de Barak Obama et de Bill Clinton pour une collecte de fonds record

Joe Biden s’entoure de Barak Obama et de Bill Clinton pour une collecte de fonds record

Joe Biden s’entoure de Barak Obama et de Bill Clinton pour une collecte de fonds record

[ad_1]

Joe Biden, Barack Obama et Bill Clinton participent à une discussion animée par Stephen Colbert, présentateur de l’émission « The Late Show with Stephen Colbert » sur CBS, lors d’une collecte de fonds au Radio City Music Hall à New York, Etats-Unis, le 28 mars 2024.

Trois présidents et 25 millions de dollars : Joe Biden s’est entouré jeudi 28 mars de Barack Obama et Bill Clinton pour une soirée de levée de fonds record à New York dans le cadre de la campagne du présiddent sortant. Joe Biden et ses deux prédécesseurs démocrates ont été acclamés à leur arrivée sur la scène du Radio City Hall, en plein cœur de Manhattan, où se produit notamment la célèbre troupe de danseuses The Rockettes.

L’équipe de campagne du démocrate de 81 ans avait déjà annoncé dans la matinée une collecte de fonds « record » pour l’événement, de plus de 25 millions de dollars, en notant au passage que c’était plus que n’en avait levé Donald Trump pendant tout le mois de février.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Aux Etats-Unis, le match retour Biden-Trump boudé par les jeunes

Les partisans de Joe Biden battaient le rappel depuis plusieurs semaines pour cette soirée politico-mondaine − dans la salle se trouvait, par exemple, la rédactrice en chef de Vogue, Anna Wintour. Les chanteuses Queen Latifah et Lizzo, entre autres, ont chauffé la salle avant que les 42e, 44e et 46e présidents des Etats-Unis s’assoient pour un débat animé par le présentateur et humoriste Stephen Colbert.

Cette discussion mêlant sujets sérieux et blagues a été interrompue à plusieurs reprises par des cris de soutien à la Palestine. Des manifestants s’étaient aussi rassemblés à l’extérieur, à proximité de la salle de spectacle, pour dénoncer la politique de soutien quasi inconditionnel à Israël de Joe Biden.

Le président américain a déjà été interpellé de cette façon à plusieurs reprises pendant ses apparitions publiques, et chacun de ses déplacements donne lieu désormais à des rassemblements aux cris de « Libérez la Palestine ! » ou « Joe le génocidaire. » L’intervention des trois présidents s’est conclue sur une note plus légère, lorsqu’ils ont chaussé des lunettes de soleil de type Aviator, l’accessoire favori de Joe Biden.

Des caisses de campagnes moins garnies pour Trump

Quelques heures avant, Donald Trump était aussi venu faire campagne à New York, sur un tout autre registre. Le républicain s’est rendu à la veillée funèbre d’un policier mort dans l’exercice de ses fonctions. Le porte-parole de Donald Trump, Steven Cheung, avait fustigé sur le réseau social X la « soirée clinquante » des trois démocrates « avec leurs bienfaiteurs élitistes et déconnectés ».

L’ancien président républicain a fait une courte déclaration après s’être rendu à la veillée funèbre de Jonathan Diller, tué lundi par arme à feu lors d’une opération sur la voie publique. « Il faut arrêter ça, il faut revenir à l’ordre et à la loi », a dit le milliardaire, qui s’est abstenu de toute critique directe de son rival démocrate.

Il consacre, en effet, une bonne partie de ses discours de campagne à attaquer l’immigration clandestine et à reprocher à Joe Biden d’être laxiste en matière de maintien de l’ordre. MM. Biden et Trump, qui se sont déjà affrontés dans les urnes en 2020, sont assurés de récolter cet été l’investiture de leurs partis respectifs pour la présidentielle de novembre.

La Maison Blanche a annoncé que le président avait appelé vendredi le maire de New York, Eric Adams, pour lui présenter ses condoléances pour la « mort tragique » de l’officier, survenue lundi. Joe Biden dispose de caisses de campagne mieux garnies que son adversaire républicain, inculpé quatre fois au pénal, qui dépense en partie en frais d’avocats l’argent récolté auprès de ses partisans. Donald Trump verra s’ouvrir à New York, le 15 avril, son procès dans une affaire de paiement d’une actrice de films pornographiques en 2016.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu

[ad_2]

Source link