Faut-il encore s’intéresser aux fonds monétaires ?

2674


Après des années de taux d’intérêt négatifs et de rendements au plancher, les fonds monétaires gagnent 3,87 % sur un an au 24 avril 2024, d’après Morningstar. Ces produits investis sur des titres de créances à très court terme ont profité à plein de la hausse des taux directeurs par la Banque centrale européenne (BCE) jusqu’en septembre 2023.

De plus, la catégorie bénéficie depuis presque un an de l’inversion de la courbe des taux : « Les taux d’intérêt à très court terme sont supérieurs à ceux à long terme, ce qui incite les investisseurs à se positionner massivement vers les produits monétaires, à la fois sans risque et mieux rémunérés », note Thibault Malin, spécialiste investissement sur le monétaire chez BNP Paribas Asset Management. La catégorie a ainsi collecté 51 milliards d’euros en Europe en 2023, d’après Morningstar.

Les fonds monétaires retrouvent donc une place de choix dans la palette des placements de trésorerie, dominée par les livrets, le Livret A notamment, imbattable à 3 % exonérés d’impôt et de prélèvements sociaux. « Les produits monétaires sont rémunérés au jour le jour, et l’investisseur peut sortir à tout moment sans pénalité », rappelle Thibault Malin. A l’inverse, les livrets sont rémunérés par quinzaine, et les comptes à terme sont bloqués sur une échéance fixée à l’avance. Ces atouts perdurent, mais le contexte se révèle moins porteur.

« La situation reste volatile »

L’année 2024 devrait en effet marquer la fin du statu quo sur les taux directeurs en vigueur depuis septembre 2023, puisque l’inflation est désormais en voie de normalisation, à 2,4 % sur un an. « Le marché anticipe actuellement trois baisses des taux directeurs d’ici à la fin de l’année, ce qui ferait passer le taux de dépôt de 4 % à 3,25 %, mais la situation reste volatile », estime Thomas Prince, directeur des gestions obligataires chez Groupama Asset Management.

Or, le rendement des fonds monétaires est directement lié à celui de l’indice €ster (il se prononce « ester »), un taux au jour le jour dont le niveau se situe généralement 0,10 point en dessous du taux de dépôt de la BCE. L’€ster atteint donc aujourd’hui 3,90 % et pourrait refluer vers 3,10 % d’ici à la fin de l’année, pesant mécaniquement sur la performance des fonds monétaires.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Le retour en grâce des fonds monétaires

Faut-il dans ce cas sortir de cette classe d’actifs ? « Non, car la baisse des taux directeurs sera très progressive », juge Thomas Prince. « Il faut financer les transitions énergétique, démographique et géopolitique, ce qui contribue à créer de l’inflation, et plaide pour un régime de taux directeurs durablement élevés ». Les fonds monétaires pourraient donc réaliser cette année une performance proche de celle de 2023, à 3,5 % en moyenne.

Il vous reste 35.88% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link