De nouvelles frappes américaines et britanniques visent des sites houthistes au Yémen

2751


Des frappes aériennes américaines et britanniques ont touché différentes zones du Yémen, dans la nuit de jeudi 30 à vendredi 31 mai, afin de « miner » les capacités militaires des rebelles houthistes. Ceux-ci sont impliqués depuis novembre 2023 dans des attaques contre le trafic maritime en mer Rouge en soutien au Hamas à Gaza. Ces frappes conjointes ont été menées contre treize sites afin de prévenir de futures attaques des rebelles yéménites, a affirmé le Commandement militaire américain pour le Moyen-Orient (Centcom). La capitale Sanaa et la ville portuaire de Hodeida ont été touchées, ont rapporté des témoins et des médias locaux. Des journalistes de l’Agence France-Presse ont entendu de fortes explosions dans ces deux villes.

Selon la chaîne al-Masira, contrôlée par les rebelles houthistes, des frappes ont aussi visé des infrastructures de télécommunications dans la ville de Taëz. Al-Masira a fait état de « plusieurs » morts et blessés dans ces frappes, des informations qu’il n’a pas été possible de vérifier de manière indépendante à ce stade. La chaîne houthiste a rapidement attribué l’ensemble de ces frappes aériennes aux forces américaines et britanniques déployées dans la région.

« Les forces britanniques ont participé à une opération conjointe avec les forces américaines visant à miner les capacités militaires des houthistes qui continuent de mener des attaques contre le transport maritime international en mer Rouge et dans le golfe d’Aden », avait confirmé dans la foulée le ministère de la défense britannique dans un bref communiqué.

Selon Londres, des renseignements ont « confirmé » que deux sites dans le secteur de Hodeida étaient impliqués dans des attaques contre le trafic maritime, avec des maisons qui servaient de poste de pilotage de drones et de lieux pour entreposer des appareils volants de longue portée. Selon le communiqué de la défense, un autre site situé au sud de Hodeida servait aussi à mener des attaques de drones contre le trafic maritime international.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés La crise en mer Rouge dérègle le transport maritime

De nouvelles récentes attaques des houthistes contre des navires

Les houthistes avaient revendiqué mercredi l’attaque d’un vraquier et de plusieurs autres navires au large du Yémen, affirmant qu’il s’agissait d’une réponse aux frappes israéliennes sur Rafah, ville palestinienne devenue l’épicentre de la guerre dans la bande de Gaza.

Un navire grec a notamment été endommagé cette semaine par des tirs de missiles houthistes au large du Yémen où les forces américaines ont aussi intercepté cinq drones, a annoncé le Commandement militaire américain pour le Moyen-Orient (Centcom). Un pétrolier avait aussi été touché à la mi-novembre par un missile au large du Yémen, selon une société de sécurité maritime, parmi des dizaines d’autres attaques en mer Rouge et dans le golfe d’Aden.

Les Etats-Unis, proche allié d’Israël, ont mis en place en décembre une force multinationale pour protéger la navigation dans cette zone stratégique et ont lancé en janvier, avec l’aide du Royaume-Uni, des frappes au Yémen contre les miliciens houthistes. Mais ces frappes n’ont pas dissuadé ceux-ci, qui contrôlent de larges pans du Yémen et qui disent viser désormais aussi les navires américains et britanniques, outre ceux liés à Israël. Avec notamment le Hamas palestinien et le Hezbollah libanais, ces rebelles yéménites font partie de « l’axe de la résistance », un regroupement de mouvements armés hostiles à Israël et aux Etats-Unis, soutenu par l’Iran.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Source link