Chaos au procès de la vendetta de Bastia-Poretta, la défense quitte l’audience

3396


Le procès de la vendetta de Bastia-Poretta peut-il se poursuivre après la journée de chaos vécue mardi 21 mai, au terme de laquelle tous les avocats de la défense des accusés détenus – dont les frères Richard et Christophe Guazzelli et la « matonne » Cathy Chatelain – ainsi que ceux de deux des accusés comparaissant libres, ont décidé de quitter définitivement l’audience ? La réponse ne sera connue que jeudi 23 mai, au terme d’une nouvelle suspension d’audience décidée par le président de la cour d’assises des Bouches-du-Rhône, Jean-Yves Martorano.

Pour comprendre la subite montée de tension entre la défense et les trois magistrats de la cour, il faut remonter à la semaine précédente. Mardi 14 mai, alors que s’achevait la première partie des débats consacrée aux interrogatoires de personnalité, l’attaque sanglante du convoi pénitentiaire au péage d’Incarville (Eure), dans laquelle deux agents ont été tués et trois autres blessés, est venue bousculer le calendrier.

Le mouvement de blocage des prisons lancé dans la foulée, qui empêchait toute extraction des accusés détenus, avait contraint la cour à suspendre une première fois l’audience à compter de mercredi jusqu’au mardi 21 mai, et à renvoyer en conséquence l’audition très attendue des enquêteurs. Un cas de force majeure auquel la défense s’était pliée, tout en alertant sur les conséquences du retard accumulé par les débats.

Indisponibilité des enquêteurs

Mais la réception, pendant le week-end, du nouveau calendrier proposé par le président Martorano, a raidi les défenseurs. La déposition des policiers chargés de l’enquête, moment clé qui ouvre traditionnellement le procès sur le fond, était renvoyée non pas à ce mardi mais trois semaines plus tard, soit juste avant les interrogatoires des accusés. Un délai d’autant plus inacceptable pour la défense que l’indisponibilité des enquêteurs est due aux… Jeux olympiques.

Les fonctionnaires du ministère de l’intérieur ont en effet été priés de prendre leur congé en avance, pendant les mois de mai et juin, afin d’être mobilisables à compter de l’ouverture des compétitions, le 26 juillet. Après s’être entretenus avec leurs clients dès leur arrivée au palais de justice d’Aix-en-Provence, les avocats ont donc informé la cour qu’ils déposeraient une demande de renvoi si ce calendrier était maintenu en l’état.

En cette fin de matinée, tandis qu’une réunion se tenait dans le bureau du président, l’atmosphère était encore légère dans le box, les accusés plaisantant entre eux, se tapant sur l’épaule, discutant avec leurs proches présents sur les bancs du public, en dépit des rappels à l’ordre des forces de sécurité. Assise à l’une des extrémités du box vitré – il a dû être rallongé pour la circonstance – l’ex-matonne de Borgo, Cathy Chatelain, paraissait bien isolée, laissée ostensiblement à l’écart de ces retrouvailles joyeuses par ses codétenus masculins.

Il vous reste 51.65% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link