autour du terminal de Rafah, un jeu diplomatique à trois bandes

4921


L’armée israélienne opère du côté gazaoui du passage de Rafah, à la frontière entre la bande de Gaza et l’Egypte. Image diffusée le 7 mai 2024 par les Forces de défense israéliennes.

Dix-neuf ans après le retrait de l’Etat hébreu de la bande de Gaza, l’image des chars israéliens avançant sur la route de Philadelphie, le long de la frontière avec l’Egypte, et du drapeau à l’étoile de David flottant sur le terminal de Rafah, a suscité un choc dans le monde arabe. Alors qu’il menace depuis des mois d’aller défaire les derniers bataillons du Hamas dans cette ville où se massent plus de 1,4 million de Gazaouis, l’Etat hébreu a annoncé, mardi 7 mai au matin, avoir pris le « contrôle opérationnel » du côté palestinien du point de passage, principale porte d’entrée de l’aide humanitaire dans l’enclave.

Au Caire et à Washington, ce développement a suscité des réactions très mesurées. Bien qu’opposés à une opération sur Rafah, qui pourrait provoquer une catastrophe humanitaire et un déplacement forcé de population vers le Sinaï, l’Egypte et les Etats-Unis estiment que leurs lignes rouges n’ont pas encore été franchies. Le gouvernement israélien reste engagé dans les négociations, qui ont repris au Caire mercredi, tout en menaçant de faire avancer ses troupes ailleurs dans Rafah afin d’exercer une pression sur le Hamas dans ces pourparlers.

Mardi, un porte-parole de la Maison Blanche, John Kirby, a souligné qu’Israël avait informé son grand allié du fait que son opération était « limitée dans sa portée, son échelle et sa durée ». Pour l’administration de Joe Biden, l’unique cap demeure la conclusion d’un accord permettant la libération d’au moins une partie des otages israéliens, et la prise du terminal par Israël n’est pas de nature à enterrer ces négociations. Washington maintient cependant son refus d’une opération plus étendue, qui sèmerait le chaos dans cette zone surpeuplée, d’où opèrent les Nations unies et les organisations humanitaires.

Réponse égyptienne jugée timide

Le Caire a, lui, condamné la menace que ce fait accompli israélien fait peser sur des négociations déjà fragiles et alerté sur le risque d’un « cauchemar humanitaire » en cas d’extension des opérations. Cette réponse est jugée timide par de nombreux Egyptiens qui dénoncent, sur les réseaux sociaux, une atteinte à la souveraineté du pays et une violation flagrante du traité de paix israélo-égyptien de 1979, consécutif aux accords de Camp David.

« Aucune mention n’a été faite des chars israéliens qui ont pénétré sur le corridor de Salah Eddine [la route de Philadelphie]. Aucune mesure de représailles diplomatiques n’a été annoncée, s’étonne Hossam El-Hamalawy, un chercheur égyptien exilé en Allemagne. L’Etat égyptien et l’armée sont réduits au rôle de spectateurs, voire de complices des massacres en cours à Gaza. »

Il vous reste 69.22% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link