au moins dix-neuf morts dans des frappes israéliennes nocturnes à Gaza

2853


Syrie : une ONG fait état d’au moins seize membres de groupes pro-iraniens tués dans un raid israélien près d’Alep

Au moins seize membres de groupes pro-iraniens ont été tués dans la nuit de dimanche à lundi par une frappe israélienne visant une usine d’une localité près d’Alep, dans le nord de la Syrie, a fait savoir l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

Depuis le début de la guerre civile en Syrie, en 2011, Israël a mené des centaines de frappes visant l’armée du régime de Bachar Al-Assad et les groupes pro-iraniens qui y sont implantés et le soutiennent.

Les frappes nocturnes ont visé une usine dans laquelle sont basés des groupes pro-iraniens, « provoquant de fortes explosions », selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). « Seize personnes, des Syriens et des étrangers, ont été tuées », a ajouté l’ONG basée au Royaume-Uni, mais qui dispose d’un vaste réseau de sources dans le pays en guerre, sans préciser s’ils étaient tous des combattants. L’ONG avait donné un premier bilan de 12 morts dans la nuit.

Dans un communiqué, le ministère de la défense syrien a dit qu’« après minuit (…), l’ennemi israélien a lancé une attaque aérienne à partir du sud-est d’Alep, ciblant certaines positions à proximité d’Alep », ajoutant que « l’agression a fait plusieurs martyrs et des dégâts matériels ».

Selon l’OSDH, basé au Royaume-Uni mais qui dispose d’un vaste réseau de sources dans le pays en guerre, secouristes et pompiers se sont rués sur les lieux pour éteindre les incendies qui s’étaient déclenchés et transporter les blessés. L’ONG a ajouté qu’Hayyan est « contrôlée par des groupes pro-iraniens composés de Syriens et d’étrangers ».

Les frappes israéliennes se sont intensifiées depuis le début, en octobre, de la guerre entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza. Mercredi soir, deux frappes israéliennes ont visé une ville côtière et le centre de la Syrie, tuant une fillette, selon les médias officiels syriens, et trois combattants syriens du Hezbollah, allié de Damas, d’après l’OSDH.

Et à la fin de mars, au moins 52 soldats syriens et combattants du Hezbollah avaient été tués dans des frappes israéliennes à Alep, selon l’OSDH, bilan le plus lourd pour l’armée syrienne dans ces frappes en Syrie depuis le début d’octobre.

Les autorités israéliennes commentent rarement ces frappes mais ont déclaré à plusieurs reprises qu’elles ne permettraient pas à l’Iran, son ennemi juré, d’étendre sa présence en Syrie.



Source link