l’ANC va entamer des discussions pour former un gouvernement de coalition

2334


Le président du Congrès national africain (ANC), Cyril Ramaphosa, lors d’un meeting à Johannesburg, le 25 mai 2024.

Le Congrès national africain (ANC) au pouvoir en Afrique du Sud depuis trente ans, qui a perdu sa majorité absolue au Parlement pour la première fois de son histoire, ne recueillant que 159 sièges sur 400, a affirmé dimanche 2 juin son intention d’entamer des discussions avec d’autres partis politiques pour former un gouvernement de coalition. « L’ANC s’engage à former un gouvernement qui reflète la volonté du peuple, qui est stable et capable de gouverner efficacement », a déclaré Fikile Mbalula, secrétaire général de l’ANC, précisant que le parti mènerait des discussions en interne et avec d’autres partis « ces prochains jours ».

« Les électeurs ont montré qu’ils attendaient des dirigeants de ce pays qu’ils travaillent ensemble dans l’intérêt de tous », a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse.

Après dépouillement de 99,91 % des bulletins de vote déposés dans les urnes mercredi 29 mai, l’ANC du président Cyril Ramaphosa n’a obtenu que 40,2 % des voix, soit une claque sévère par rapport aux 57,5 % qu’il détient dans le Parlement sortant.

Ce résultat marque un tournant historique pour l’Afrique du Sud, où l’ANC jouit d’une majorité absolue depuis 1994, lorsque le parti de Nelson Mandela a sorti le pays des griffes de l’apartheid et l’a fait entrer en démocratie.

« Les résultats envoient un message clair à l’ANC, a reconnu M. Mbalula. Nous voulons assurer au peuple sud-africain que nous avons entendu leurs préoccupations, leurs frustrations et leur mécontentement. »

Lire le récit | Article réservé à nos abonnés L’Afrique du Sud, étoile pâlissante du Sud global

L’ANC reste le parti le plus important au Parlement. Et c’est la nouvelle Assemblée qui sera chargée d’élire le prochain président courant juin. L’ANC doit ainsi forger des alliances, soit pour former un gouvernement de coalition avec un ou plusieurs partis, soit pour persuader d’autres partis de soutenir la réélection de M. Ramaphosa qui constituerait un gouvernement minoritaire de l’ANC, qui devra chercher au coup par coup des alliés pour faire passer son budget et ses projets de loi.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Source link