Sportradar, le traqueur des truqueurs

2141


Un analyste répond aux alertes du système de détection de Sportradar Integrity Services, au siège de la société à Londres, le 14 octobre 2022.

Avec des courbes qui se dessinent sur les rangées d’écrans, l’adresse, au cœur de la City, pourrait correspondre à la salle des marchés d’un gérant d’actifs de Londres. Mais les cotes que surveillent les employés de Sportradar sont celles de compétitions sportives, partout dans le monde et vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Avec l’explosion des paris sportifs, le besoin de surveillance de terrains de football, de courts de tennis et de stades de cricket est devenu une nécessité et un vrai business.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Paris sportifs, un raz de marée difficile à contrôler

Cotée au Nasdaq, la société Sportradar, lancée en 2001 par le fondateur de l’opérateur de pari Bwin, est l’un des partenaires incontournables du sport mondial. Plus de 180 clients : fédérations, ligues, organisateurs de manifestations et autorités de régulation lui ont confié la sécurisation des résultats.

Connecté en permanence aux 600 principaux bookmakers mondiaux, le système développé par Sportradar, grâce à l’intelligence artificielle générative, détecte tout mouvement suspect sur la cote d’un match. Cela déclenche une alerte sur les écrans londoniens ou ceux de l’une des filiales du groupe, aux Etats-Unis ou en Australie. L’évolution de cette cote peut générer des gains inattendus, significatifs.

Les analystes de Sportradar ont alors quelques minutes pour lever le doute : vérifier l’origine de ce changement massif d’orientation des paris et de quel endroit il est issu. Si rien n’indique un retournement lors du match en cours, les chances que le match soit truqué s’envolent. C’est le cas de 0,21 % des 10 000 matchs surveillés chaque année. « La plupart du temps, les mouvements sont légitimes », tempère Faiz Kabir, directeur de l’activité sécurité de Sportradar.

300 actions de jeu

Un rapport complet sera remis aux clients sous 72 heures. Il peut déboucher sur une enquête de police, et se terminer devant le tribunal arbitral du sport, situé à Lausanne, en Suisse. La plus belle prise de Sportradar reste un match de qualification pour le Mondial de football de 2018 entre le Sénégal et l’Afrique du Sud « arrangé » par l’arbitre de la rencontre. « Le football reste le sport le plus attaqué par les truqueurs, souvent à grande échelle », remarque M. Kabir. Il est aussi celui qui concentre le plus de paris, partout dans le monde.

Au Royaume-Uni, terre aux 2 000 bookmakers, les matchs des huit divisions de football anglais sont proposés aux joueurs. Pour certaines parties, près de 300 actions de jeu différentes peuvent faire l’objet d’un pari : buts, pénalties, têtes, corners marqueurs, cartons… Il n’est pas rare que les fans d’un joueur ne placent des paris qu’autour de lui et de ses performances. C’est, bien sûr, aussi le cas pour les deux autres sports les plus prisés des parieurs, le basket-ball et le tennis, et une nouvelle discipline très en vogue, l’e-sport.

Il vous reste 11.84% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link