s’il venait à gouverner, le RN renouerait avec son ADN diplomatique, celui de la complaisance avec les autocrates et de la fascination pour la grande Russie »

2291


Moscou « suit avec attention » le « processus » de « progression » des « forces de droite » en Europe, a informé Dmitri Peskov, porte-parole de la présidence russe, lundi 10 juin, au lendemain des élections au Parlement européen. C’est un euphémisme : ce commentaire inhabituellement feutré sur le succès de mouvements politiques qu’au Kremlin on se garde bien de qualifier d’extrémistes ne fait pas justice à l’immense satisfaction des propagandistes russes. Il faut dire qu’ils n’ont pas ménagé leur peine pour favoriser ce succès à distance, tant l’enjeu, pour Moscou, est de taille.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Au Parlement européen, la victoire inachevée de l’extrême droite

Ces efforts sont plus ou moins visibles selon les pays européens, leur histoire, leur culture et le degré de soutien de l’opinion publique à l’Ukraine agressée. Le Kremlin ne déploie pas les mêmes techniques de désinformation ou d’ingérence en Slovaquie, en Hongrie, en France ou dans l’ex-Allemagne de l’Est.

En France, le Rassemblement national (RN) a mis en sourdine ses sympathies prorusses depuis le 24 février 2022, lorsque Vladimir Poutine a lancé l’invasion de l’Ukraine. Jordan Bardella s’est montré ukraino-compatible avec une remarquable constance pendant cette campagne électorale. Vierge de toute visite au Kremlin contrairement à Marine Le Pen, il n’a rien à se reprocher. Il a bien Thierry Mariani dans sa liste, vieil habitué des vols Paris-Moscou et des voyages en Asie centrale, mais le président du RN a sa réponse toute prête : « M. Mariani a été ministre de Nicolas Sarkozy » – comme si la politique russe du président Sarkozy était un gage de respectabilité.

Lire aussi l’analyse | Article réservé à nos abonnés Guerre en Ukraine : entre Jordan Bardella et Marine Le Pen, une différence de forme

Qu’on ne s’y trompe pas : s’il venait à gouverner, le RN renouerait sans difficulté avec son ADN diplomatique, celui du nationalisme, de la complaisance avec les autocrates et de la fascination pour la grande Russie. Les résultats des élections européennes du 9 juin puis le coup de tonnerre de la dissolution de l’Assemblée nationale, avec la perspective possible d’une cohabitation avec le RN à Paris, ont fait surgir une série d’hypothèses vertigineuses sur l’avenir des relations de l’Europe avec le reste du monde. Certaines doivent être prises au sérieux.

Le tandem franco-allemand affaibli

Ainsi, penser que Marine Le Pen à l’Elysée suivrait la même évolution que Giorgia Meloni à Rome est un leurre. Prêterait-elle une oreille aussi attentive que la première ministre italienne aux conseils de l’icône européenne Mario Draghi ? Rien n’est moins sûr, pas plus que n’est sûre la future trajectoire de Mme Meloni en fonction de l’évolution de l’environnement international.

Il vous reste 56.92% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link