pour Washington, la guerre en Ukraine n’est pas existentielle »

4986


L’expression a fait son chemin dans le discours des responsables occidentaux depuis le 24 février 2022 : la guerre que livre la Russie à l’Ukraine est « existentielle ». La menace que représente cette Russie qui modifie les frontières et réécrit l’histoire est « existentielle ». Mais comment se mesure le caractère existentiel d’un conflit ? Cette guerre est-elle un peu existentielle ? Beaucoup ? Et pour qui, à part l’Ukraine ? Pour les voisins immédiats de la Russie ? Pour le reste de l’Europe ? Pour les Etats-Unis ?

La question n’est pas que philosophique. Elle a des implications pratiques et stratégiques dont l’Ukraine ressent actuellement tout le poids. Lorsqu’une menace est réellement existentielle, on fait tout pour la conjurer.

Confrontés à la situation militaire la plus difficile depuis les premières semaines de l’invasion russe massive il y a un peu plus de deux ans, les Ukrainiens et leurs alliés les plus proches mesurent à quel point l’aide leur est actuellement comptée et en viennent à douter de la nature « existentielle » de la guerre russe pour les autres.

« C’est dur », a répondu sombrement, à propos de la situation sur le champ de bataille, Dmytro Kuleba, le ministre des affaires étrangères ukrainien, aux experts et responsables européens réunis à la conférence Lennart Meri à Tallinn, en Estonie, le 18 mai. « Mais envoyez-nous ce dont on a besoin. Lorsqu’on a ce qu’il nous faut, on progresse. Envoyez-nous des [missiles] Patriot, de l’artillerie et des munitions. Autorisez-nous à frapper des cibles militaires en Russie, et vous verrez la différence. »

Débat au sein de l’administration Biden

C’est l’une des grandes critiques adressées aux Etats-Unis en ce moment : pourquoi retenir le bras des Ukrainiens et les empêcher d’attaquer des cibles militaires de l’ennemi en territoire russe avec les armes à longue portée fournies à Kiev, alors que l’armée russe, elle, n’a aucun scrupule à cibler des civils et à détruire les infrastructures vitales pour la population ukrainienne ? Plus l’armée russe est offensive et meurtrière, moins ce combat inégal est justifiable. Les réticences américaines, après sept mois d’atermoiements au Congrès sur le vote des 60 milliards de dollars (environ 55 milliards d’euros) d’aide promis à l’Ukraine, jettent un discrédit croissant sur l’équipe de Joe Biden parmi certains pays du nord et de l’est de l’Europe, pourtant traditionnellement les plus atlantistes.

Mardi 27 mai, la Maison Blanche a tranché le débat au sein de l’administration Biden, où le secrétaire d’Etat, Tony Blinken, souhaiterait laisser les coudées franches aux Ukrainiens : c’est non, a réitéré le porte-parole de la présidence, il n’y a pas d’autorisation de cibler le territoire russe. Aujourd’hui, de nombreux experts occidentaux sont prêts à l’admettre : pour Washington, la guerre en Ukraine n’est pas existentielle. « On a dit à Israël qu’on le défendrait, on ne l’a jamais dit à l’Ukraine », reconnaît un ancien ambassadeur américain.

Il vous reste 50.45% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link