Home Entertainment Nouvelle grève dans l’éducation nationale contre les groupes de niveau au collège

Nouvelle grève dans l’éducation nationale contre les groupes de niveau au collège

Nouvelle grève dans l’éducation nationale contre les groupes de niveau au collège

[ad_1]

Plusieurs syndicats dont le SNES-FSU, organisation majoritaire dans les collèges et lycées, appellent à une nouvelle journée de grève et de manifestations, mardi 2 avril, pour réclamer l’abandon des groupes de niveau au collège et obtenir davantage de moyens.

L’appel est également relayé par le SNEP-FSU (éducation physique et sportive), SUD-Education, la CGT-Educ’action et la FNEC-FP-FO.

L’instauration de « groupes de niveau », l’une des mesures phares de la réforme du « choc des savoirs » lancée par Gabriel Attal, est dénoncée par une très large partie de la communauté éducative, qui parle de « tri des élèves », selon le communiqué intersyndical.

Des manifestations sont organisées dans de très nombreuses villes. A Paris, la manifestation partira des abords du jardin du Luxembourg vers 14 heures. Outre le retrait de la réforme « du choc des savoirs », les syndicats demandent au gouvernement « une revalorisation salariale sans contreparties et des moyens pour l’école publique ».

« Depuis des mois, les personnels se mobilisent contre les groupes de niveau. Grève les 1er et 6 février, actions locales, vote contre “le choc des savoirs” en CSE (Conseil supérieur de l’éducation), réunions publiques avec les parents d’élèves, opération “collèges morts”… Nos organisations soutiendront toutes les reconductions là où cela est possible », assurent les syndicats.

Groupes « constitués en fonction des besoins des élèves »

En région parisienne, l’évolution de la mobilisation sera scrutée avec attention chez les membres du personnel enseignant de Seine-Saint-Denis, très hostiles aux « groupes de niveau » et qui réclament « un plan d’urgence » pour l’éducation dans ce département défavorisé.

Vendredi, la ministre de l’éducation nationale, Nicole Belloubet, a reçu neuf des douze députés de Seine-Saint-Denis à leur demande. Pour ces parlementaires de gauche, la ministre « sous-estime » l’ampleur du mouvement.

L’arrêté prévoyant la mise en place des « groupes » en mathématiques et en français au collège a été publié le 17 mars au Journal officiel, avec une formulation qui ne reprend pas les termes de « groupes de niveau » employés par Gabriel Attal : il y est question de groupes « constitués en fonction des besoins des élèves », selon la terminologie avancée par Mme Belloubet. Ils entreront en vigueur à la rentrée scolaire 2024 dans les classes de 6e et de 5e et à la rentrée 2025 pour celles de 4e et de 3e.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu

[ad_2]

Source link