Mort du premier receveur de greffe de rein de porc génétiquement modifié

4863


Des chirurgiens préparent un rein de porc génétiquement modifié pour la première greffe au monde d’un rein de cette provenance sur un être humain vivant. Image du 16 mars 2024, fournie par le Massachusetts General Hospital de Boston, aux Etats-Unis.

Le premier patient vivant à avoir reçu une greffe de rein de porc génétiquement modifié est mort, a annoncé, dimanche 12 mai, l’hôpital Massachusetts General Hospital (MGH), situé à Boston, dans un communiqué. « Mass General est profondément attristé par le décès soudain de M. Rick Slayman. Nous n’avons aucune indication qu’il s’agisse d’une conséquence de sa récente transplantation », a précisé l’établissement qui avait pratiqué la greffe.

En mars, les chirurgiens du MGH avaient réalisé une première mondiale en opérant en quatre heures cet homme de 62 ans qui souffrait d’une maladie rénale en phase terminale. L’hôpital a déclaré samedi en fin de journée : « Slayman sera à jamais considéré comme une lueur d’espoir pour d’innombrables patients transplantés dans le monde entier et nous lui sommes profondément reconnaissants de sa confiance et de sa volonté de faire progresser le domaine de la xénotransplantation. »

Rick Slayman, qui souffrait de diabète de type 2 et d’hypertension, avait reçu une greffe d’un rein humain en 2018, mais ce dernier avait commencé à ne plus fonctionner cinq ans plus tard et le patient était sous dialyse.

La pénurie d’organes est un problème chronique dans le monde et l’hôpital de Boston a déclaré en mars qu’il y avait plus de 1 400 patients sur la liste d’attente pour une greffe de rein rien qu’au MGH.

Le rein de porc utilisé pour la transplantation a été fourni par une société de biotechnologie du Massachusetts appelée « eGenesis » et a été génétiquement modifié pour éliminer les gènes nocifs et ajouter certains gènes humains, a déclaré l’hôpital.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Source link