Michel Platini obtient la récusation des juges de la cour d’appel en Suisse

2549


Sepp Blatter et Michel Platini, le 29 mai 2015, à Zurich (Suisse).

Voici un nouveau rebondissement procédural dans l’affaire Platini-Blatter. Relaxé en première instance par le Tribunal pénal fédéral en juillet 2022, à l’instar de l’ex-président de la Fédération internationale de football (FIFA) Sepp Blatter, dans l’affaire dite du paiement des 2 millions de francs suisses (2,03 millions d’euros), Michel Platini a remporté une manche : il a obtenu le 15 mars auprès du Tribunal fédéral suisse de Lausanne, la récusation des juges de la cour d’appel du Tribunal pénal fédéral suisse (TPF) de Bellinzone, appelés à le rejuger dans le cadre d’un deuxième procès, comme l’a appris Le Monde.

Alors que le Ministère public de la Confédération (MPC) et la FIFA ont fait appel de la relaxe des chefs « d’escroquerie, gestion déloyale, abus de confiance et faux dans les titres » de Sepp Blatter et Michel Platini, l’ex-président français de l’Union des associations européennes de football (UEFA) avait déposé une requête pour obtenir la récusation de la cour d’appel du TPF. Et ce, dans la mesure où son président, Olivier Thormann, est le magistrat à l’origine de l’ouverture de la procédure pénale enclenchée par le MPC en 2015 contre les deux ex-dirigeants du football mondial.

S’il n’avait pas eu gain de cause dans un premier temps devant une cour extraordinaire, Michel Platini a ainsi obtenu, dans le cadre d’un second recours devant le Tribunal fédéral, la récusation de l’ensemble des juges de la cour d’appel du TPF. Pour étayer son arrêt en faveur du Français, l’instance rappelle qu’Olivier Thormann « a été entendu en tant que témoin lors du procès en première instance contre MM. Blatter et Platini ».

En juin 2022, les juges avaient auditionné M. Thormann sur ce qui fait le sel de cette saga politico-judiciaire à rallonge : les circonstances dans lesquelles le MPC a eu vent, au printemps 2015, du paiement présumé déloyal de deux millions de francs suisses fait, en février 2011, par M. Blatter à M. Platini, alors que l’ex-numéro 10 des Bleus était candidat à la succession du patron de la FIFA.

« Un paiement qui nécessitait une explication particulière »

Selon M. Thormann, c’est l’ex-directeur financier de la FIFA Markus Kattner qui lui aurait « donné l’information », le 27 mai 2015, lors d’une perquisition au siège de la FIFA, à Zurich. Ce jour-là, M. Kattner lui aurait donné une « liste » des paiements faits aux membres du comité exécutif de la FIFA en 2010. « Il m’a dit qu’il y avait là un paiement qui nécessitait une explication particulière, avec un chiffre qui attirait l’attention par rapport aux autres », a déclaré Olivier Thormann, qui a ouvert l’enquête sur ce paiement et n’a pas consigné cet échange avec Markus Kattner sur procès-verbal dans le dossier pénal.

Il vous reste 47.02% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link