L’Islande autorise la chasse à la baleine pour la saison 2024

3305


Une baleine bleue en attente d’abattage à la station Hvalur à Hvalfjordur (Islande), le 7 juillet 2018.

L’Islande a donné son feu vert pour la saison 2024 de la chasse commerciale à la baleine. Le permis autorise la chasse de 128 baleines pour la saison qui s’étend de mi-juin à septembre, a annoncé le ministère de la pêche et de l’alimentation, soit moins que les 161 autorisées la saison précédente.

Le gouvernement islandais justifie ce choix sur la base du principe de précaution qui « reflète l’importance accrue accordée par le gouvernement à l’utilisation durable des ressources », a assuré le ministère sur son site internet. Les conditions de chasse pour 2024 sont identiques à celles de l’an dernier, a précisé la ministre de la pêche et de l’alimentation, Bjarkey Olsen Gunnarsdóttir, aux médias islandais. Avant d’ajouter que « cette décision ne [correspondait] pas forcément à [ses] positions » et qu’elle « [devait] suivre les lois et les règlements » islandais.

Ces arguments n’ont pas convaincu les défenseurs des droits des animaux qui fustigent cette nouvelle autorisation de chasser ces espèces menacées d’extinction. « Il est extrêmement décevant » que le gouvernement « ait mis de côté les preuves scientifiques sans équivoque démontrant la brutalité et la cruauté de l’abattage commercial des baleines, en permettant que des baleines soient tuées pendant une année supplémentaire », a déploré, auprès de l’Agence France-Presse (AFP) Adam Peyman, de l’ONG Humane Society International. Il a ajouté que « l’Islande avait l’occasion de prendre la bonne décision, et elle a choisi de ne pas le faire ».

Une pratique de plus en plus contestée

En juin 2023, l’Islande avait suspendu la chasse à la baleine après la parution d’un rapport commandé par le gouvernement concluant que les méthodes de chasse employées ne respectaient pas la loi sur le bien-être animal. Les harpons explosifs utilisés par les chasseurs pour attraper les baleines provoquaient des agonies prolongées, pouvant durer jusqu’à cinq heures, a montré l’Agence vétérinaire gouvernementale.

Mais le gouvernement avait autorisé la reprise de la chasse le 1er septembre, avec des restrictions sur les méthodes utilisées et la présence d’inspecteurs officiels à bord, filmant chaque prise de cétacé. A la fin de cette saison 2023 raccourcie, la société Hvalur avait annoncé avoir tué 24 baleines.

Outre les critiques environnementales, cette pratique ne serait pas lucrative selon le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) : « Les études du gouvernement lui-même ont montré que la chasse à la baleine en Islande était intrinsèquement cruelle et qu’elle n’était pas rentable ». D’autant que la population islandaise est majoritairement contre la chasse aux baleines. D’après une enquête réalisée par l’institut Maskína publiée en juin 2023, 51 % des Islandais y sont opposés, contre 42 % il y a quatre ans. L’Islande reste l’un des trois derniers pays avec la Norvège et le Japon à autoriser la chasse à la baleine.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Source link