l’extrême droite en tête, le camp Macron en difficulté et talonné par Glucksmann

4764


Ce n’est pas une surprise, mais une confirmation : la percée du Rassemblement national (RN) aux élections européennes du dimanche 9 juin, annoncée depuis des semaines par les instituts de sondages, est bien réelle. La liste conduite par Jordan Bardella obtient 31,5 % des voix, selon les premières estimations de l’institut Ipsos pour France Télévisions, Radio France, France 24/RFI et Public Sénat/LCP Assemblée nationale. Soit une progression de huit points par rapport au précédent scrutin européen en 2019, lorsque le RN avait obtenu 23,34 %.

Jordan Bardella améliore d’autant le score de Marine Le Pen au premier tour de l’élection présidentielle de 2022 (23,15 %). L’extrême droite n’a jamais atteint un niveau aussi élevé sous la Ve République. Le président du RN s’est félicité dès 20 h 05 de ce « verdict sans appel ». Les Français ont exprimé, a-t-il dit, « une volonté de changement et un chemin pour l’avenir ». Avant de demander une dissolution de l’Assemblée nationale, en vue de l’organisation de nouvelles élections législatives.

Alors que la participation a progressé par rapport à 2019 (elle était en hausse de deux points, à 17 heures), la majorité présidentielle n’a pas réussi à mobiliser son électorat, qui subit un véritable vote sanction : la liste conduite par Valérie Hayer, soutenue par cinq partis (Renaissance, MoDem, Horizons, UDI et le Parti radical) n’obtiendrait que 15,2 % des voix, soit sept points de mois qu’en 2019 (22,42 %), et moitié moins que le RN.

Glucksmann, progression spectaculaire

Selon cette première estimation, la liste macroniste évite de justesse l’humiliation de se retrouver reléguée en troisième position. La liste conduite par Raphaël Glucksmann (PS-Place publique) obtiendrait 14 %. Une progression spectaculaire par rapport aux 6,19 % obtenus par le même Glucksmann en 2019, ou par rapport au 1,75 % d’Anne Hidalgo au premier tour de la présidentielle de 2022.

Loin derrière, la liste de Manon Aubry (La France insoumise) obtiendrait 8,7 % des suffrages, en légère progression par rapport à 2019 (6,31 %). Mais loin derrière le score de Jean-Luc Mélenchon en avril 2022 (21,95 %).

La liste de François-Xavier Bellamy (Les Républicains) sauve les meubles : elle franchit le seuil des 5 %, mais régresse légèrement, avec 7,5 % des voix contre 8,48 % il y a cinq ans.

Quant à Marion Maréchal (Reconquête !) et Marie Toussaint (Europe Ecologie-Les Verts), les estimations de leur score sont si proches du seuil des 5 % (5,5 % pour la première, 5,2 % pour la deuxième) qu’elles ne sont pas encore certaines, en revanche, d’être présentes au Parlement européen.

Il vous reste 9.95% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link