les explications israéliennes « inacceptables » et « insuffisantes », selon l’Espagne

4371


Les victimes visées lundi 1ᵉʳ avril 2024 travaillaient pour l’ONG américaine World Central Kitchen, présente dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre.

Les corps des six travailleurs étrangers de l’ONG humanitaire World Central Kitchen (WCK) tués lundi dans un bombardement israélien sont arrivés, mercredi 3 avril, en Egypte, afin d’être rapatriés dans leurs pays respectifs. La frappe, qui a suscité une vague de critiques internationales, survient après près de six mois d’une guerre dévastatrice entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza.

C’est « une grave erreur », qui « n’aurait pas dû se produire », a déclaré, mercredi, le chef de l’état-major israélien, Herzi Halevi, évoquant « une mauvaise identification » dans des « conditions très complexes ». Mardi, le président israélien, Isaac Herzog, avait présenté ses « excuses ». Le premier ministre, Benyamin Nétanyahou, a évoqué une frappe « tragique ».

Plusieurs pays et organisations, dont l’ONU, qui a dénoncé un « mépris du droit humanitaire international », ont condamné cet acte. A la fin de son audience générale hebdomadaire au Vatican, le pape François a exprimé mercredi sa « profonde tristesse ». « Je prie pour eux et leurs familles », a-t-il poursuivi. « Je renouvelle mon appel pour que la population civile épuisée et souffrante puisse accéder à l’aide humanitaire et que les otages soient libérés immédiatement », a-t-il ajouté, réitérant également sa demande d’un « cessez-le-feu immédiat ».

Explications « absolument inacceptables » et « insuffisantes »

De son côté, le premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, a sévèrement critiqué le gouvernement israélien. « Les premières déclarations qu’a faites le premier ministre Nétanyahou sur ce qu’il s’est passé à Gaza concernant l’ONG du chef [de cuisine] José Andrés ne me paraissent pas suffisantes », a déclaré M. Sanchez, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse à Doha au terme d’une tournée dans trois pays de la région.

Il a dit attendre « une réponse beaucoup plus détaillée des causes, des raisons de ce bombardement, compte tenu du fait (…) que le gouvernement israélien connaissait l’activité et l’itinéraire de cette ONG sur le terrain à Gaza ». Les explications de M. Nétanyahou « me paraissent absolument inacceptables » et « insuffisantes », a-t-il dit, sans préciser les actions que pourrait entreprendre l’Espagne en réaction à ce drame.

Varsovie convoque l’ambassadeur d’Israël

Pour sa part, le ministère des affaires étrangères polonais a « invité » l’ambassadeur d’Israël à Varsovie pour discuter de « responsabilité morale, politique et financière ». Un ressortissant polonais a péri lors du bombardement. « La situation est extrêmement difficile, tant en ce qui concerne la mort de notre citoyen qu’en ce qui concerne nos relations ou l’aide humanitaire à la Palestine », a déclaré le vice-ministre, Andrzej Szajna, cité par l’agence PAP. Le premier ministre polonais, Donald Tusk, a estimé mercredi matin que l’attaque ainsi que les réactions d’Israël à cette frappe mettaient la solidarité avec ce pays « à rude épreuve ».

Mardi, le président américain, Joe Biden, s’était dit « indigné ». « Plus tragique encore, il ne s’agit pas d’un événement isolé », a-t-il déploré dans un communiqué. « Ce conflit a été l’un des pires dans l’histoire récente quant au nombre de travailleurs humanitaires tués », a-t-il poursuivi, ajoutant que de telles morts ne devraient « tout simplement pas arriver ».

WCK, qui s’est dite « anéantie » par la mort de ses « héros », a publié sur X les noms, les photos et les nationalités des victimes : Saifeddine Issam Ayad Abutaha, 25 ans, Palestinien ; Lalzawmi Frankcom, 43 ans, Australienne ; Damian Sobol, 35 ans, Polonais ; Jacob Flickinger, 33 ans, Américano-Canadien, ainsi que John Chapman, 57 ans, James Henderson, 33 ans, et James Kirby, 47 ans, Britanniques.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Source link