les corps des humanitaires de WCK tués à Gaza remis aux représentants de leurs pays

3274


Retrouvez ici notre point sur la situation d’hier.

Le ministère de la santé de la bande de Gaza, contrôlée par le Hamas, a annoncé, mercredi 3 avril, un nouveau bilan de 32 975 personnes tuées dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien. En vingt-quatre heures, 59 morts supplémentaires ont été recensés, selon un communiqué du ministère, qui fait état de 75 577 blessés en près de six mois de guerre.

Le 7 octobre, des commandos du Hamas ont mené une attaque sans précédent dans le sud d’Israël qui a entraîné la mort d’au moins 1 160 personnes essentiellement des civils, selon un décompte de l’Agence France-Presse (AFP). D’après Israël, environ 250 personnes ont été enlevées dont 130 sont toujours otages à Gaza.

Jurant de détruire le Hamas, Israël a lancé une campagne de bombardements intenses sur Gaza, suivie d’une offensive terrestre qui a permis à ses soldats de progresser du nord au sud du territoire.

Les dépouilles des humanitaires de WCK remis aux représentants de leurs pays en Egypte

Les dépouilles des six travailleurs humanitaires étrangers de l’ONG américaine World Central Kitchen (WCK), tués lundi à Gaza par une frappe israélienne, ont été remis aux représentants de leurs pays en Egypte, a appris l’AFP de sources sécuritaires égyptiennes. Selon cette même source, des ambulances ont évacué les victimes depuis le poste-frontière de Rafah en direction du Caire où elles doivent être rapatriées dans leurs pays respectifs. Une septième victime, palestinienne, le chauffeur et interprète de l’équipe, a été inhumée à Rafah.

L’ONG WCK, qui s’est dite « anéantie » par la mort de ses « héros », a publié sur X les noms, les photos et les nationalités des victimes : Saifeddine Issam Ayad Abutaha, 25 ans, Palestinien ; Lalzawmi Frankcom, 43 ans, Australienne ; Damian Sobol, 35 ans, Polonais ; Jacob Flickinger, 33 ans, Américano-canadien, ainsi que John Chapman, 57 ans, James Henderson, 33 ans et James Kirby, 47 ans, des Britanniques.

C’est « une grave erreur » qui « n’aurait pas dû se produire », a déclaré le chef de l’état-major israélien. Mardi, le président israélien Isaac Herzog avait présenté ses « excuses », le premier ministre Benyamin Nétanyahou a évoqué une frappe « tragique ».

Au total, plus de 200 humanitaires sont morts à Gaza depuis le 7 octobre, selon les ONG, dont au moins 165 travaillaient pour l’UNRWA, l’agence onusienne pour les réfugiés palestiniens.

ONU : le Conseil des droits de l’homme va examiner un appel à un embargo sur les armes pour Israël

Ce projet de résolution présenté par le Pakistan, au nom de 55 des 56 pays membres de l’ONU faisant partie de l’Organisation de coopération islamique (OCI), l’exception étant l’Albanie, appelle à un embargo sur les armes pour Israël. Outre l’Autorité palestinienne, ce projet est également soutenu par la Bolivie et Cuba.

Le Monde Application

La Matinale du Monde

Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer

Télécharger l’application

Le texte condamne « le recours par Israël à des armes explosives à large rayon d’action » dans des zones peuplées de la bande de Gaza, et demande à Israël de « respecter sa responsabilité légale de prévenir un génocide ».

Si le projet de résolution est adopté, il s’agira de la première prise de position de l’organe des Nations unies pour les droits de l’homme dans le conflit qui fait rage à Gaza.

Les Palestiniens relancent la procédure pour devenir Etat membre de l’ONU

Les Palestiniens ont officiellement relancé mardi la procédure pour devenir Etat membre à part entière de l’ONU. Dans une lettre adressée au secrétaire général de l’ONU et transmise au Conseil de sécurité, l’ambassadeur palestinien à l’ONU, Riyad Mansour, annonce, « à la demande des dirigeants palestiniens », relancer cette requête datant de 2011 et appelle le Conseil à l’examiner « en avril 2024 ».

Le diplomate ne cesse de répéter que face à l’offensive israélienne d’ampleur à Gaza, en représailles à l’attaque sans précédent du Hamas du 7 octobre, l’une des priorités des Palestiniens, observateurs à l’ONU depuis 2012, est de devenir un véritable Etat membre des Nations unies.

Liban : les observateurs de l’ONU ont été blessés par une mine

Trois observateurs de l’Onust – un Norvégien, une Chilienne et un Australien –, l’organisme de l’ONU établi en 1948 après la première guerre israélo-arabe et chargé de la surveillance de la trêve et leur traducteur ont été blessés samedi dans la région de Rmeich dans le sud du Liban.

« Les premiers résultats de l’enquête de l’armée libanaise ont révélé que les observateurs avaient été blessés par une mine », a déclaré, mercredi, un responsable judiciaire libanais qui a requis l’anonymat. « Une enquête est conduite conjointement par la Finul [Force intérimaire des Nations unies] et l’armée libanaise », a-t-il ajouté, précisant que la « justice militaire était dans l’attente du rapport écrit final pour déterminer les responsabilités ».

Mercredi, Avichay Adraee, porte-parole de l’armée israélienne pour le public arabophone, a écrit sur X que l’explosion était le résultat d’une « charge (…) posée dans le secteur par le Hezbollah », avec qui Israël échange des tirs depuis près de six mois. L’armée israélienne avait assuré après l’explosion ne pas avoir mené de frappes sur la région.

Au moins 349 personnes ont été tuées au Liban, majoritairement des combattants du Hezbollah mais aussi au moins 68 civils, dans les échanges de tirs à la frontière depuis près de six mois, selon un décompte de l’AFP. Dans le nord d’Israël, frontalier du sud du Liban, dix soldats et huit civils israéliens ont été tués d’après l’armée.

Frappes israéliennes contre le consulat d’Iran à Damas : le bilan porté à seize morts

« Le bilan des frappes israéliennes contre l’annexe de l’ambassade iranienne s’élève à seize tués : huit Iraniens, cinq Syriens et un Libanais, tous des combattants, mais également deux civils, une femme et son fils », a déclaré à l’AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), basé au Royaume-Uni.

Un précédent bilan de l’ONG, qui dispose d’un vaste réseau de sources en Syrie, faisait état de treize morts mardi. Un responsable syrien de la défense civile avait annoncé mardi à l’AFP que les secours avaient retrouvé le corps d’une femme d’une cinquantaine d’années.

Le Monde

Réutiliser ce contenu





Source link