le gouverneur du Texas gracie un homme qui avait été condamné pour le meurtre d’un manifestant antiraciste

3642


Le prévenu Daniel Perry entre dans la salle d’audience du Blackwell-Thurman Criminal Justice Center, à Austin (Texas), le 10 mai 2023.

Greg Abbott, gouverneur républicain du Texas, a gracié jeudi 16 mai un homme condamné l’année dernière pour le meurtre d’un manifestant lors des grandes mobilisations « Black Lives Matter » de 2020 contre le racisme et les violences policières.

Daniel Perry, un militaire actuellement âgé de 37 ans qui conduisait des VTC sur son temps libre, s’était retrouvé au milieu d’une foule de manifestants à Austin, capitale de cet Etat du sud des Etats-Unis, le 25 juillet 2020. Ses avocats avaient plaidé la légitime défense. Ils ont assuré qu’il avait tiré au pistolet à cinq reprises sur Garrett Foster, 28 ans, parce que ce dernier s’approchait de son véhicule en pointant un fusil d’assaut dans sa direction. L’accusation affirmait qu’il aurait pu faire demi-tour et qu’il avait initié la confrontation avec ce manifestant, qui était également blanc.

Daniel Perry a été condamné le 7 avril 2023 à 25 ans de prison. Avant même qu’il ne fasse appel, le gouverneur Abbott avait annoncé avoir demandé à la commission des grâces du Texas d’étudier son dossier. Il avait expliqué vouloir faire ainsi prévaloir la loi texane « Stand your ground », une des plus extensives aux Etats-Unis en matière de légitime défense, qui autorise une personne à recourir à la force létale si elle s’estime gravement en danger, même s’il existe une autre possibilité d’échapper à ce danger.

Lire aussi, en 2020 : Article réservé à nos abonnés En quelques jours, « Black Lives Matter » est devenu un slogan universel

La commission des grâces a annoncé jeudi avoir, après un « examen méticuleux » de l’ensemble des pièces du dossier, « voté à l’unanimité pour recommander une grâce totale et le rétablissement des droits de port d’arme » pour le condamné. Le gouverneur a annoncé dans un communiqué suivre les recommandations de la commission et loué la loi « qui ne peut être annulée ni par un jury ni par un procureur progressiste ». Dans son ordre de grâce il critique le procureur du comté, lui reprochant sa politique de « réduction de l’accès aux armes à feu » et sa conduite de l’instruction.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Source link