Le gouvernement lance des « assises de lutte contre l’antisémitisme » pour définir « un socle commun de valeurs républicaines »

4514


Aurore Bergé, à Matignon, le 27 mars 2024.

Le gouvernement lance, lundi 6 mai, des « assises de lutte contre l’antisémitisme », dont la flambée alarme la communauté juive. La ministre chargée de la lutte contre les discriminations, Aurore Bergé, réunit dans la matinée à Paris les responsables de plusieurs associations (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme, SOS-Racisme…) et les représentants des six principaux cultes pour plancher sur le sujet. Des personnes ayant été victimes de l’antisémitisme viendront également faire part de leur expérience.

Il s’agit de « lancer un travail » pour définir « un socle commun de valeurs républicaines », explique-t-on au ministère, afin de « reconnaître l’antisémitisme tel qu’il est et lutter efficacement contre ce fléau ». Des personnalités seront désignées à l’issue de la matinée pour travailler à ce « socle commun ». « Quand on voit le volume malheureusement des actes antisémites (…), c’est toute la société qui doit se réveiller », a déclaré Aurore Bergé sur BFM-TV/RMC vendredi, évoquant une « recrudescence terrifiante ».

Le nombre d’actes antisémites recensés en France a presque quadruplé en 2023, à 1 676 contre 436 en 2022, selon le ministère de l’intérieur. Le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) déplore une flambée après le 7 octobre 2023, date des attaques sanglantes du Hamas contre Israël.

Selon une enquête de l’IFOP pour l’antenne française de l’American Jewish Committee publiée dimanche dans le Parisien, 94 % des Français de confession juive estiment que l’antisémitisme a progressé depuis une dizaine d’années (+ 21 points par rapport à 2022). Cette même enquête montre que 35 % des 18-24 ans ont le sentiment qu’il est normal de s’en prendre à des juifs en raison de leur soutien à Israël.

Aucun responsable politique présent

Au niveau mondial, la Ligue antidiffamation, principal groupe de défense des droits des juifs, s’est alarmée dimanche du « niveau sans précédent » d’actes antisémites enregistrés en 2023, la guerre entre le Hamas et Israël alimentant un « incendie qui était déjà hors de contrôle ».

Aurore Bergé avait annoncé en mars l’organisation de ces assises, en réponse à une tribune publiée par le collectif Nous vivrons et 70 personnalités, qui appelaient les candidats aux européennes à s’engager « sans détour et sans complaisance » contre l’antisémitisme. En revanche, et contrairement à ce qui était prévu initialement, aucun responsable politique ne sera présent, « pour éviter d’en faire un sujet politique avant les élections européennes », explique-t-on au ministère.

Les politiques seront conviés à une deuxième session après le scrutin du 9 juin. Les organisateurs espèrent ainsi « dépassionner politiquement le sujet » qui risquait de devenir un prétexte « à des postures politiques ». Depuis le 7 octobre 2023, les représentants de la communauté juive ont régulièrement accusé La France insoumise (LFI) de nourrir l’antisémitisme. Marine Le Pen s’est, de son côté, plusieurs fois posée en pourfendeuse des actes antisémites.

« Confusions morales, politiques, idéologiques »

Les assises de lundi interviennent également sur fond de mobilisation pro-palestinienne à l’université, notamment à Sciences Po où le militantisme des étudiants est accusé d’alimenter l’antisémitisme sur le campus. Lors des assises de lundi, « on attend évidemment le rappel d’une parole publique forte sur l’antisémitisme », a affirmé Yonathan Arfi, le président du CRIF.

Le Monde Ateliers

Cours en ligne, cours du soir, ateliers : développez vos compétences

Découvrir

Recevant le CRIF à l’Elysée pour ses 80 ans, Emmanuel Macron avait martelé en mars que l’Etat continuerait à combattre sans relâche l’antisémitisme avec « la même fermeté » et la « même intransigeance ». M. Arfi a aussi souhaité que cet antisémitisme soit combattu « dans toutes ses composantes, y compris la place qu’a prise la haine d’Israël ».

Le président du CRIF devrait répéter ses inquiétudes dans la soirée lors de son traditionnel dîner annuel, qui se tiendra en présence du premier ministre, Gabriel Attal. Plusieurs autres ministres ont été invités, ainsi que le président du Sénat, Gérard Larcher, la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse (Les Républicains), la maire de Paris, Anne Hidalgo (Parti socialiste), et des représentants de plusieurs partis (mais ni du Rassemblement national, ni de LFI).

M. Arfi compte faire passer lors de ce dîner « un message empreint de gravité » face à la flambée des actes antisémites et « décrypter ce que cette montée signifie sur les confusions morales, politiques, idéologiques qui traversent [la] société ».

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Source link