Home Entertainment Le fighting spirit du « dirigeant-gladiateur »

Le fighting spirit du « dirigeant-gladiateur »

Le fighting spirit du « dirigeant-gladiateur »

[ad_1]

Président de la République tout autant que « patron » de la « start-up nation », Emmanuel Macron apparaissait récemment sur les réseaux sociaux en train de marteler un sac de frappe, mâchoires serrées et veines saillantes à la Rocky Balboa, au point de faire soupçonner à certains des retouches Photoshop.

Postés le 19 mars sur le compte Instagram personnel de Soazig de La Moissonnière, photographe officielle de la présidence de la République, les deux clichés en noir et blanc ont suscité de nombreuses interrogations : en alternant gauche et droite, le président met-il en pratique jusque dans ses activités de loisir le « en même temps » macroniste ? Envoie-t-il un message de détermination à Vladimir Poutine ? Reprend-il à son compte le gimmick de l’ancien premier ministre Edouard Philippe, lequel aimait à se présenter en boxeur de centre droit ? « Ces codes virilistes utilisés jusqu’à l’overdose, quelle misère du politique », a déploré Sandrine Rousseau, députée écologiste de Paris.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés La photo d’Emmanuel Macron en boxeur suscite la perplexité

En réalité, Emmanuel Macron ne fait là que se glisser dans les habits d’un nouvel archétype en vogue, celui du dirigeant-gladiateur. Il est loin le temps où, pour incarner le leadership, il suffisait de flâner au côté d’un labrador ou de faire du jogging. Adepte du kickboxing, Olivier Véran n’a pas hésité à mettre le protège-dents pour aller à la rencontre de l’électorat, quand d’autres, comme Rachida Dati, s’épanchent dans les médias sur leur passion pugilistique.

S’afficher en machine à cogner

Mais c’est du côté de la Silicon Valley, jadis baignée d’un imaginaire post-hippie, que cette figure du dirigeant-gladiateur a pris le plus d’ampleur. Alors qu’il était resté dans nos mémoires comme un type mollasson portant un hoodie informe et des claquettes de piscine, Mark Zuckerberg (patron de Meta, 1,72 m, 70 kg) s’affiche désormais en machine à cogner, diffusant sur les réseaux sociaux des vidéos de ses entraînements de mixed martial arts (MMA).

Le 1er octobre 2023, le fondateur de Facebook apparaît sur son Instagram avec deux coquards, le nez tuméfié et cette légende : « Le sparring est devenu un peu hors de contrôle. Je vais devoir mettre à jour mon avatar (émoji rire). »

Rebelote le 3 novembre 2023, où, après une autre session qui a mal tourné, on le retrouve cette fois alité dans un hôpital, serrant le poing pour signifier son fighting spirit postopératoire. « Je me suis déchiré le ligament croisé et je viens de subir une intervention chirurgicale pour le remplacer », nous informe, tout sourire, le dirigeant-gladiateur, qui avait dans les cartons un projet de confrontation – avorté – dans l’octogone avec Elon Musk (patron de Tesla, X et Space X, 1,86 m, 90 kg).

Il vous reste 23.29% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

[ad_2]

Source link