Le conseil d’Etat valide la possibilité d’une conférence sur Gaza avec Rima Hassan à l’université Paris-Dauphine

2384


Rima Hassan devant l’Institut d’études politiques de Paris (Sciences Po Paris) alors que des étudiants occupent un bâtiment en soutien aux Palestiniens, à Paris le 26 avril 2024.

La conférence intitulée « Agir face à la menace de génocide à Gaza » pourra se tenir « dans les meilleurs délais » à l’université Paris-Dauphine, avec pour invités Rima Hassan, juriste franco-palestienne et candidate aux élections européennes sur la liste La France insoumise, et Ivar Ekeland, président de l’association des universitaires pour le respect du droit international en Palestine (Aurdip). Le conseil d’Etat a confirmé, lundi 6 mai, la décision du juge des référés du tribunal administratif de Paris prise le 4 mai, dont le président de l’université El-Mouhoub Mouhoud avait fait appel.

Pour les juges des référés du conseil d’Etat, il n’existe pas d’« éléments suffisamment circonstanciés de nature à établir au sein de l’université Paris-Dauphine la réalité des menaces alléguées à l’ordre public et l’impossibilité d’y faire face ». A leurs yeux, « la réalisation de travaux dans la cour d’honneur de l’établissement rendant plus difficile la sécurisation des locaux [n’est] pas à elle seule suffisante pour fonder l’interdiction de la réunion en cause ».

Cette conférence initialement prévue le 6 mai avait été interdite par la direction de l’établissement le 22 avril pour cause de « risque de troubles à l’ordre public » et par la nécessité de « garantir la sécurité » des participants. Devant le juge administratif, la direction de l’université avait en outre invoqué que le thème de la réunion excéderait « les missions de l’établissement ou serait de nature à remettre en cause sa neutralité ».

Lire le portrait | Article réservé à nos abonnés Rima Hassan, la Palestine chevillée au cœur

« On ne peut pas tout contrôler »

Lors de l’audience, El-Mouhoub Mouhoud a affirmé qu’il n’avait aucune « opposition sur le fond » mais que « l’éthique de la responsabilité » avait guidé cette décision, prise après consultation des dix membres de son comité de direction. « Je n’ai rien à dire sur la personnalité des intervenants, je ne traite ni du fond ni de mes convictions, mais collectivement des risques de sécurité, a-t-il exposé. On ne peut pas tout contrôler à partir d’un service de sécurité d’une dizaine de personnes. »

Il a ajouté que lors de la venue de la députée insoumise Mathilde Panot, le 15 février, « les entrées n’ont pas été contrôlées et des étudiants extérieurs à Paris-Dauphine ont perturbé la réunion » et que « certains étudiants avaient eu très peur ».

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés La société française dans l’engrenage du conflit au Proche-Orient

Des « risques de tension interne » sont apparus en octobre 2023 après l’attaque terroriste du Hamas en Israël et la riposte qui s’en est suivie à l’encontre des Palestiniens de Gaza, a fait valoir Sébastien Damart, vice-président de l’université, évoquant notamment un « arrachage » d’affiches des otages israéliens. « Les relations cordiales, voire amicales qui préexistaient entre l’Union des étudiants juifs de France et l’association des étudiants musulmans se sont très largement crispées », a-t-il souligné.

Il vous reste 35.51% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link