La sonde chinoise lancée début mai atterrit sur la face cachée de la Lune

3926


La sonde lunaire Chang’e-6 et sa fusée porteuse sur la rampe de lancement du site de lancement spatial de Wenchang, dans la province de Hainan, en Chine, le 3 mai 2024.

La sonde lancée le 3 mai 2024 par la Chine a atterri sur la face cachée de la Lune afin d’y collecter des échantillons, constituant une avancée pour l’ambitieux programme du pays qui entend rattraper les leaders américain et russe, a affirmé dimanche 2 juin l’agence Chine nouvelle, citant l’administration spatiale chinoise.

La sonde Chang’e-6, qui avait décollé du Centre de lancement spatial de Wenchang, sur l’île tropicale de Hainan, s’est posée comme prévu dans l’immense bassin Pôle Sud-Aitken, l’un des plus grands cratères d’impact connus du système solaire. Cette mission de 53 jours doit permettre, selon l’agence d’Etat, de réaliser les tout premiers prélèvements sur la face cachée de la Lune, une région du satellite de la Terre rarement explorée.

La sonde va tenter de récolter de la matière lunaire et de conduire d’autres expériences dans sa zone d’atterrissage. Pour cela, l’appareil va pouvoir utiliser sa foreuse pour récupérer des échantillons sous la surface, ainsi que son bras robotique pour attraper de la matière, directement sur la surface dans ce cas. Le processus devrait être achevé dans les deux prochains jours, a précisé Chine nouvelle. Chang’e-6 va ensuite tenter de repartir depuis la face cachée de la Lune.

En 2019, la Chine avait déjà posé un engin sur la face cachée de la Lune, mais il n’avait pas rapporté d’échantillons. Les scientifiques estiment que la face cachée de la Lune – appelée ainsi parce qu’elle est invisible depuis la Terre et non parce qu’elle ne capte jamais les rayons du soleil – est très prometteuse pour la recherche, car ses cratères sont moins recouverts par d’anciennes coulées de lave que ceux de la face proche et visible. Il pourrait donc être plus aisé d’y récolter des échantillons, afin de mieux comprendre comment la Lune s’est formée.

« Les échantillons collectés par Chang’e-6 auront un âge géologique d’environ quatre milliards d’années », avait expliqué Ge Ping, vice-directeur du Centre chinois d’exploration lunaire et d’ingénierie spatiale.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Pourquoi retourner sur la Lune ?

Déjà plusieurs succès spatiaux pour la Chine

La Chine a considérablement développé ses programmes spatiaux sous la présidence de Xi Jinping, injectant des milliards de dollars dans ce secteur afin de rattraper les leaders américain et russe. Elle a déjà enregistré plusieurs succès, notamment la construction de la station spatiale Tiangong (« Palais céleste ») où ont été envoyés en avril un nouvel équipage de trois astronautes.

La Chine a également fait atterrir un astromobile (un petit « rover » motorisé) sur Mars. Elle est aussi le troisième pays au monde à avoir envoyé un humain dans l’espace par ses propres moyens. Pékin a l’objectif d’envoyer une mission habitée sur la Lune d’ici 2030 et prévoit d’y construire une base.

L’avancée rapide du programme spatial chinois suscite cependant l’inquiétude de Washington. En avril, Bill Nelson, le patron de la Nasa, a affirmé que les Etats-Unis se trouvaient engagés dans une « course » avec la Chine. « Nous pensons qu’une grande partie de ce qu’ils appellent leur programme spatial civil est en fait un programme militaire », a-t-il dit, devant une commission chargée des dépenses à la Chambre des représentants, à Washington.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés La Russie et la Chine signent un accord pour une future station lunaire

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Chang’e-5, la mission chinoise qui veut décrocher un morceau de Lune

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Source link