la grève prend de l’ampleur chez Stellantis et General Motors, Joe Biden plaide pour un partage « juste » des « profits record »

4966


Des membres et des sympathisants de l’United Auto Workers se rassemblent devant le siège de Stellantis North America le 20 septembre 2023 à Auburn Hills, dans le Michigan.

Le président du syndicat United Auto Workers a annoncé, vendredi 22 septembre, l’extension de la grève au sein des usines des constructeurs General Motors (GM) et Stellantis, faute d’avancée dans les négociations, tandis que de « réels progrès » ont été effectués avec Ford.

Shawn Fain a précisé que les 38 centres de distribution de pièces détachées de GM et de Stellantis, situés dans vingt Etats des Etats-Unis, étaient appelés à arrêter le travail dès midi (16 heures en France) vendredi.

Les trois usines, déjà en grève depuis le 15 septembre, lorsque les conventions collectives sont arrivées à échéance sans accord pour les prochaines, vont le rester, a-t-il précisé. Ces trois sites – un pour chacun des trois grands constructeurs – emploient quelque 12 700 des 146 000 membres du syndicat travaillant pour les « Big Three ». C’est la première fois qu’une grève affecte les trois groupes en même temps.

Hausse salariale de 40 %

Concernant Ford, Shawn Fain a précisé qu’il y avait eu « du mouvement » mais que de « sérieux problèmes » persistaient. Par ailleurs, il a invité vendredi le président des Etats-Unis, Joe Biden, qui a apporté son soutien aux grévistes à plusieurs reprises, à se joindre à un piquet de grève.

Joe Biden a notamment plaidé pour un partage « juste » des « profits record ». Et il s’est dit « fier » mercredi que son gouvernement « soit qualifié d’administration la plus “prosyndicat” de l’histoire américaine ».

Il a porté cette semaine lors de l’Assemblée générale des Nations unies à New York une cravate rouge par solidarité avec les grévistes, a fait savoir la Maison Blanche.

Le syndicat réclame, entre autres, une hausse salariale de 40 % sur quatre ans, correspondant à celle dont ont bénéficié les dirigeants des groupes ces quatre dernières années.

Le Monde avec AFP



Source link