Home World la Cour de justice internationale ordonne à Israël d’assurer une aide humanitaire de « toute urgence » à Gaza

la Cour de justice internationale ordonne à Israël d’assurer une aide humanitaire de « toute urgence » à Gaza

la Cour de justice internationale ordonne à Israël d’assurer une aide humanitaire de « toute urgence » à Gaza

[ad_1]

Retrouvez ici notre point sur la situation d’hier.

Immeubles détruits par des frappes israéliennes à la frontière sud d’Israël avec la bande de Gaza, le 28 mars 2024.

Le ministère de la santé de Gaza, administrée par le Hamas a annoncé, jeudi 28 mars, un nouveau bilan de 32 552 personnes tuées depuis le début de la riposte israélienne à l’attaque du 7 octobre par le mouvement islamiste. Dans la matinée de jeudi, l’enclave palestinienne a été le théâtre d’importants raides aériens et de combats entre l’armée israélienne et le Hamas, tandis qu’Israël s’est dit prêt à discuter avec son allié américain de la situation à Rafah.

Des frappes israéliennes meurtrières

Tôt jeudi 28 mars, le ministère de la santé du Hamas a fait état d’au moins soixante-six morts dans la bande de Gaza au cours de la nuit, notamment dans des frappes aériennes, tandis qu’un haut responsable local rapportait des combats près de la ville de Gaza (Nord) et à Khan Younès (Sud). En parallèle, l’agence de presse palestinienne Wafa a dénombré des heurts dans différentes localités de la Cisjordanie.

L’armée israélienne, qui accuse les combattants du Hamas de se cacher dans les hôpitaux, poursuit son opération lancée le 18 mars dans le complexe hospitalier Al-Shifa de la ville de Gaza. A Khan Younès, les soldats mènent des opérations dans le secteur des hôpitaux Nasser et Al-Amal, distants d’environ un kilomètre, ainsi que dans le secteur d’Al-Qarara.

L’armée a précisé jeudi dans un communiqué avoir « éliminé environ 200 terroristes dans la zone de l’hôpital » Al-Shifa depuis le début des opérations. Des soldats israéliens ont essuyé des tirs « au cours de la dernière journée, de l’intérieur et l’extérieur du bâtiment abritant les urgences de l’hôpital Al-Shifa », a-t-on ajouté de même source.

L’hôpital Al-Amal « a cessé de fonctionner complètement », a affirmé plus tôt cette semaine le Croissant-Rouge palestinien, après l’évacuation des civils qui s’y trouvaient. L’armée israélienne a déclaré jeudi avoir « éliminé des dizaines de terroristes dans le secteur d’Al-Amal », où ses troupes ont « trouvé des engins explosifs et des obus de mortier ».

La Cour internationale de justice ordonne à Israël d’assurer une aide humanitaire de « toute urgence » à Gaza

La Cour internationale de justice (CIJ) a ordonné jeudi à Israël d’assurer « une aide humanitaire de toute urgence » à Gaza, affirmant que « la famine s’installe » dans le territoire palestinien. Selon l’Organisation des nations Unies, la majorité des 2,4 millions d’habitants sont menacés de famine.

Israël doit « veiller sans délai » à ce que soit assurée « sans restriction et à grande échelle, la fourniture par toutes les parties intéressées des services de base et de l’aide humanitaire » à Gaza, a déclaré la CIJ basée à La Haye.

« Rien n’a changé » depuis la résolution à l’ONU, s’inquiète MSF

« Rien n’a changé » depuis l’adoption, lundi 25 mars, de la résolution demandant un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, où les bombardements et les combats entre Israël et le Hamas continuent de faire rage, a regretté jeudi le président international de Médecins sans frontières (MSF). « Nous n’avons constaté aucun changement sur le terrain après cette résolution », ni pour les gens dans leur vie quotidienne, ni pour les livraisons d’aide humanitaire, a souligné Christos Christou, lors d’un entretien à l’AFP.

« La situation reste la même et nos demandes restent les mêmes », a insisté le responsable de MSF : cessez-le-feu immédiat et durable, arrêt des attaques sur les installations médicales et leurs personnels et « un accès sans entrave à l’aide humanitaire ». L’organisation est toujours présente avec des équipes locales et internationales dans le peu d’hôpitaux qui fonctionnent encore au sud du territoire.

Le président de l’Autorité palestinienne approuve un nouveau gouvernement

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a approuvé jeudi la composition du gouvernement présenté par son nouveau premier ministre, Mohammed Mustafa, par un décret officiel. Le 19e gouvernement palestinien devra prêter serment devant M. Abbas dimanche, selon l’agence officielle Wafa.

Le Monde Application

La Matinale du Monde

Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer

Télécharger l’application

Ce renouvellement intervient alors que la communauté internationale presse le président d’entreprendre des réformes institutionnelles, notamment pour préparer l’après-guerre dans la bande de Gaza. La priorité du gouvernement sera d’œuvrer à « réunifier les institutions, y compris en assumant la responsabilité de Gaza », a déclaré jeudi M. Mustafa dans une lettre à la présidence, exposant sa feuille de route.

L’ONU dénonce des attaques contre des secouristes au Liban

L’Organisation des Nations unies (ONU) a déploré, jeudi, les attaques « inacceptables » contre les secouristes au Liban, dont dix ont été tués depuis mardi par des frappes israéliennes dans le sud du pays, selon des médias d’Etat libanais.

Depuis près de six mois, les violences opposent quotidiennement l’armée israélienne au mouvement islamiste libanais Hezbollah et ses alliés qui affirment vouloir soutenir le mouvement islamiste palestinien Hamas dans sa guerre avec Israël dans la bande de Gaza. « Les attaques contre les infrastructures médicales violent le droit humanitaire international et sont inacceptables », a déclaré le coordinateur de l’ONU pour le Liban, Imran Riza.

Au moins 346 personnes ont été tuées au Liban – des combattants du Hezbollah pour la plupart, mais aussi au moins 68 civils – dans les affrontements avec Israël en près de six mois, selon un décompte de l’Agence France-Presse (AFP). La force intérimaire des Nationes unies au Liban (Finul) a appelé jeudi à une désescalade « immédiate » à la frontière entre le Liban et Israël. La Maison Blanche a aussi estimé qu’un retour au calme devait être la « plus haute priorité ».

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu

[ad_2]

Source link