En Slovaquie, le suspect de l’attaque contre Robert Fico mis en examen pour « tentative de meurtre »

4980


Le ministre de l’intérieur slovaque, Matus Sutaj Estok, lors d’une conférence de presse à Bratislava le 16 mai 2024.

La police slovaque a mis en examen pour « tentative de meurtre » l’homme qui a blessé par balles le premier ministre Robert Fico, a annoncé jeudi 16 mai le ministre de l’intérieur. « La police slovaque travaille sur une version unique de l’attaque et le suspect est inculpé de tentative de meurtre avec préméditation », a déclaré Matus Sutaj Estok à la presse, ajoutant que l’attaque était « motivée par des considérations politiques ».

Pris pour cible mercredi par un tireur dont les motivations restent floues à ce stade, le premier ministre slovaque, Robert Fico, se trouvait jeudi matin dans un état stable mais toujours « très grave ». Le dirigeant de 59 ans a subi mercredi une opération de cinq heures à l’hôpital Roosevelt de Banska Bystrica (centre), où il a été transporté par hélicoptère. Il souffre de « multiples blessures », et va rester en soins intensifs, a fait savoir la directrice de l’établissement, Miriam Lapunikova, lors d’une conférence de presse en tout début de matinée.

« Malheureusement, l’état reste très grave, car ses blessures sont compliquées », a confirmé le vice-premier ministre, Robert Kalinak, également ministre de la défense. Selon M. Kalinak, il s’agit d’« une attaque politique » à laquelle il faudra « réagir en conséquence ».

Condamnations internationales

Robert Fico a essuyé plusieurs tirs mercredi en début d’après-midi après une réunion de cabinet à Handlova, dans le centre de la Slovaquie, un attentat qui a suscité une vague de condamnations internationales.

L’assaillant présumé, un homme de 71 ans identifié par les médias slovaques comme un écrivain local, a été inculpé jeudi pour « tentative de meurtre avec préméditation », a annoncé le ministre de l’intérieur Matus Sutaj Estok, évoquant une attaque « motivée par des considérations politiques ». « C’était un loup solitaire » qui a décidé de passer à l’acte « après les résultats du scrutin présidentiel, dont il était mécontent », a-t-il dit.

Face aux tensions dans la classe politique, Peter Pellegrini, allié de longue date de M. Fico, a exhorté les partis à « suspendre temporairement » la campagne en vue du scrutin prévu le 8 juin. « La Slovaquie n’a pas besoin en ce moment de davantage de confrontations » et « d’accusations mutuelles », a déclaré le responsable, qui prendra ses fonctions en juin.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Source link