En Nouvelle-Calédonie, l’Etat s’engage à maintenir les élections européennes

4665


Evoquant un « contexte particulier », le haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie, représentant de l’Etat dans l’archipel, assure, dimanche 2 juin, que « l’Etat s’engage pleinement pour que ces élections européennes se tiennent le dimanche 9 juin prochain sur l’ensemble du territoire ». Le scrutin se tiendra un peu moins d’un mois après le début des violences sur le sol calédonien.

« Le matériel de vote est arrivé et les préparatifs sont en cours pour son acheminement vers les communes. Les bureaux de vote sont en cours de recensement », a fait savoir le représentant de l’Etat dans l’archipel. En cas de modification s’agissant de leur localisation, une communication dédiée des communes et des services de l’Etat sera effectuée avant la tenue du scrutin. »

La Nouvelle-Calédonie est en proie depuis le 13 mai à sa plus grave crise depuis les années 1980. Des violences ont éclaté après le vote par le Parlement d’une réforme électorale en vue du scrutin provincial, contestée par les indépendantistes qui jugent qu’elle va marginaliser la population autochtone kanak. Ces émeutes ont fait sept morts, dont deux gendarmes, et des centaines de blessés. Elles ont également causé des dégâts et destructions d’un coût évalué à plus de 1 milliard d’euros.

Selon les autorités, la ville de Nouméa est repassée vendredi 31 mai « en totalité » sous le contrôle des forces de l’ordre, mais, malgré les opérations de déblayage des forces de l’ordre, des barrages restent présents et les militants indépendantistes déterminés à poursuivre leur mobilisation. L’aéroport international reste fermé jusqu’à nouvel ordre et le couvre-feu nocturne mis en place sur l’ensemble du territoire océanien est maintenu jusqu’au 10 juin.

Lire le décryptage | Article réservé à nos abonnés Nouvelle-Calédonie : des discussions en tous sens pour sortir de la crise

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Source link