En Allemagne, des manifestants écologistes tentent de s’introduire dans l’usine Tesla de Grünheide

2005


Lors de la manifestation près de l’usine Tesla à Grünheide, près de Berlin, vendredi 10 mai 2024.

Plusieurs personnes ont été blessées, vendredi 10 mai en Allemagne, lors d’affrontements entre les forces de l’ordre et plusieurs groupes de manifestants venus protester contre l’extension de l’usine Tesla à Grünheide, près de Berlin.

Les personnes mobilisées, masquées et portant des casquettes bleues, ont tenté de pénétrer dans les locaux du fabricant américain de véhicules électriques, selon des images filmées par Reuters, avant d’être repoussées par la police. Un porte-parole de la police a fait état auprès de l’Agence France-Presse (AFP) de blessés dans les rangs des manifestants comme dans ceux des forces de l’ordre, sans être en mesure de les chiffrer. Des manifestants ont également endommagé des véhicules Tesla sur un site de stockage proche à l’aide de peinture et d’engins pyrotechniques, a déclaré un porte-parole des forces de l’ordre.

Le groupe à l’initiative du rassemblement, Disrupt Tesla, affirme que l’agrandissement de l’usine nuirait à l’environnement. Le milliardaire américain souhaite agrandir de 170 hectares l’usine de Gruenheide afin d’y doubler la production, pour atteindre un million de véhicules électriques par an. Cette « gigafactory », la seule de Tesla en Europe, occupe déjà environ 300 hectares, sur lesquels travaillent environ 12 000 personnes. C’est d’elle que sort le « Model Y », SUV phare de Tesla pour le marché européen.

Les associations de défense de l’environnement, Extinction Rebellion, NABU et Robin des Bois, étaient représentées. Les manifestants avaient entamé, dès mercredi, un week-end prolongé d’actions en établissant notamment un camp non loin de l’usine. « Pourquoi la police laisse-t-elle les manifestants de gauche s’en tirer si facilement ? », a réagi Elon Musk, PDG de Tesla, sur le réseau social X qui lui appartient.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Tesla traverse un trou d’air, après un premier trimestre calamiteux

Le Monde avec Reuters

Réutiliser ce contenu





Source link