En Afghanistan, de nouveaux affrontements liés à l’éradication du pavot

3824


Les forces de sécurité afghanes détruisent un champ de pavot dans le district d’Argo, le 13 mai 2024.

De nouveaux affrontements ont opposé, lundi 13 mai, les troupes talibanes chargées de détruire les champs de pavot et des agriculteurs de la province montagneuse du Badakhchan, dans le nord-est de l’Afghanistan, ont affirmé des habitants à l’Agence France-Presse (AFP). Les graines de pavot contiennent des molécules d’opium.

Jamaluddin (nom d’emprunt), du village de Barlas Shahmar, dans le district d’Argo, a raconté que des paysans cultivant le pavot avaient jeté des pierres aux unités antinarcotiques et les avaient suppliées de ne pas détruire leurs cultures. En réponse, les talibans ont ouvert le feu pour disperser les villageois, a-t-il ajouté. Un soignant à Argo a affirmé, également sous le couvert de l’anonymat, que sa clinique avait reçu « deux morts et neuf blessés » venus des environs de Barlas. Au début du mois, des affrontements similaires avaient éclaté, faisant deux morts dans la province, dont un à Argo, selon la police.

L’Afghanistan était le premier producteur mondial de pavot avant que le chef suprême des talibans n’en interdise la culture en 2022. Depuis, le pays a vu sa production d’opium chuter de 95 %, selon l’ONU. Un résultat spectaculaire salué par la communauté internationale, mais une catastrophe pour les cultivateurs, dont le revenu a baissé de 92 %.

« Nos espoirs de survie reposent sur le pavot »

Selon Jamaluddin, les habitants de Barlas se cachaient lundi soir dans leurs maisons et les talibans bouclaient la zone. Noorullah Nazari, porte-parole de l’unité militaire talibane du Badakhchan, a fait état de manifestations contre la destruction de champs de pavot à Argo tout en assurant que « la situation était revenue à la normale ». Son communiqué ne fait pas mention de victimes. « Des agitateurs qui incitaient les gens ont été arrêtés et la destruction des champs se poursuit », a ajouté Mahboobullah Hamed, un haut gradé cité dans le même communiqué.

Un responsable taliban appartenant aux unités envoyées à Argo a affirmé que les habitants avaient résisté et blessé des soldats talibans. « Ils ne voulaient pas nous parler, ils ont ramassé des pierres, et pris des bâtons et pelles pour nous arrêter », a-t-il déclaré. Un journaliste de l’Agence France-Presse dans la capitale provinciale, Faizabad, a vu trois hélicoptères voler en direction d’Argo et un barrage routier empêcher quiconque d’atteindre le district.

Les autorités ont encouragé les cultivateurs de pavot à se tourner vers des cultures de substitution mais celles-ci ne sont pas aussi attractives financièrement. « Nous sommes pauvres, tous nos espoirs de survie reposent sur le pavot », a déclaré Jamaluddin.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Source link