des tirs en provenance du Liban signalés dans le nord d’Israël

2637


Washington veut soumettre le projet de trêve à un vote du Conseil de sécurité

Les Etats-Unis ont annoncé, dimanche, avoir demandé un vote du Conseil de sécurité de l’ONU sur leur projet de résolution appelant Israël et le Hamas à appliquer « sans délai » l’accord de cessez-le-feu.

« Aujourd’hui, les Etats-Unis ont appelé le Conseil de sécurité à aller vers un vote sur le projet américain de résolution (…) soutenant la proposition mise sur la table », a déclaré dans un communiqué le porte-parole de la mission américaine à l’ONU Nate Evans. « Les membres du Conseil ne devraient pas laisser passer cette occasion et doivent parler d’une seule voix en soutien à cet accord », a-t-il ajouté, alors que Washington, allié d’Israël, a été largement critiqué pour avoir bloqué plusieurs projets de résolution appelant à un cessez-le-feu à Gaza.

Le président américain, Joe Biden, a dévoilé fin mai un plan selon lui d’origine israélienne, composé de trois phases d’une quarantaine de jours chacune pour passer d’un cessez-le-feu temporaire à une paix durable à Gaza.

Les Américains font clairement peser sur le Hamas la responsabilité de l’accepter. Comme le met en lumière le projet de résolution.

La troisième version de celle-ci, distribuée dimanche aux Etats membres et lue par l’Agence France-Presse, « salue » cette proposition de plan. Elle assure aussi, contrairement aux précédentes versions, que le plan a été « accepté » par Israël. Il appelle le Hamas « à également l’accepter et appelle les deux parties à appliquer pleinement ses termes sans délai et sans conditions ».

Répondant aux demandes faites par plusieurs Etats membres depuis le début des négociations il y a une semaine, le nouveau texte précise le contenu du plan.

Il indique ainsi que si la première phase – cessez-le-feu « immédiat et complet », libération des otages détenus par le Hamas en « échange » de prisonniers palestiniens, retrait de l’armée israélienne des « zones peuplées de Gaza » et entrée de l’aide humanitaire dans l’enclave – prend plus de six semaines, le cessez-le-feu sera maintenu « aussi longtemps que les négociations se poursuivront ».

Depuis l’attaque sans précédent du Hamas le 7 octobre contre Israël et les représailles israéliennes à Gaza, le Conseil de sécurité peine à parler d’une seule voix. Après deux résolutions principalement centrées sur l’aide humanitaire, il avait finalement exigé fin mars un « cessez-le-feu immédiat » pour la durée du ramadan, les Etats-Unis décidant cette fois de s’abstenir.

Après la décision fin mai de la Cour internationale de justice ordonnant à Israël d’arrêter son offensi ve à Rafah, l’Algérie avait fait circuler un projet de résolution exigeant un cessez-le-feu immédiat et l’arrêt plus précisément de l’offensive à Rafah. Les Etats-Unis avaient alors estimé qu’un tel texte « n’aiderait pas », privilégiant toujours les négociations sur le terrain pour parvenir à une trêve.



Source link