Comment changer le syndic de sa copropriété

4119


Interlocuteur central dans une copropriété, le syndic gère les finances et l’administration de l’immeuble. Il est également son représentant légal. Sans lui, il n’y a pas de convocation de l’assemblée générale annuelle et aucune décision ne peut être prise.

Son rôle est d’autant plus crucial que la gestion des copropriétés s’est complexifiée au fil des années, et que les attentes des occupants ont changé. Les syndics se plaignent ainsi parfois d’une inflation de mails de copropriétaires réclamant des réponses immédiates à des problèmes parfois ardus.

Si, dans certains immeubles, un copropriétaire est élu « syndic » par l’assemblée, ce rôle est le plus souvent tenu pas un professionnel de l’immobilier. Dans ce cas, changer de syndic nécessite de chercher un nouveau prestataire. La démarche s’impose lorsque le professionnel en place a annoncé son départ ou quand ses prestations ne sont pas satisfaisantes. La loi du 10 juillet 1965, qui régit les copropriétés, prévoit d’ailleurs une mise en concurrence régulière du syndic en place et précise que plusieurs devis peuvent être présentés.

Décryptage | Article réservé à nos abonnés Copropriété : vos fonds sont-ils bien protégés ?

C’est en général le conseil syndical, un groupe de copropriétaires élus en assemblée générale, qui se charge de rechercher le nouveau syndic. Rien n’empêche cependant un autre copropriétaire de réaliser ce travail. Les propositions de nouveaux contrats devront être mises à l’ordre du jour de l’assemblée générale de copropriété, qui devra voter pour le syndic à la majorité de tous les copropriétaires.

Bouche-à-oreille

Première règle : lancer ses recherches très en amont de l’assemblée. Contacter des syndics, organiser des visites de l’immeuble, réceptionner les différentes propositions de contrat pour les mettre à l’ordre du jour nécessite parfois plusieurs mois. Pour une assemblée générale prévue pour le mois de juin, commencer la démarche en février ou en mars paraît prudent.

L’ordre du jour de l’assemblée doit être envoyé à tous les copropriétaires au moins vingt et un jours avant la date de la réunion. Une fois l’envoi effectué, il est trop tard pour ajouter une proposition de contrat.

On pourra trouver des coordonnées de syndics sur le site de l’Union des syndicats de l’immobilier (UNIS), une des fédérations de professionnels de l’immobilier. « Le bouche-à-oreille est également une solution intéressante », rappelle Delphine Merle, cofondatrice du réseau de syndics White Bird, qui conseille d’interroger des amis ou des immeubles voisins sur leur syndic. Il est, par ailleurs, possible de déléguer la recherche à un courtier en syndic de copropriété comme Syndicalur, Syneval ou Changersyndic.net. Ils sont toutefois peu nombreux.

Il vous reste 53.68% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link