Benyamin Nétanyahou admet une frappe israélienne « non intentionnelle » après la mort de sept humanitaires à Gaza

2443


Le corps d’un travailleur humanitaire de l’ONG américaine World Central Kitchen transporté par des ambulanciers, à Deir Al-Balah, à Gaza, le 1er avril 2024.

L’organisation non gouvernementale (ONG) américaine World Central Kitchen (WCK) a annoncé que sept de ses travailleurs humanitaires ont été tués, lundi 1er avril, par une frappe qu’elle a aussitôt attribué à l’armée israélienne.

Mardi, le premier ministre Benyamin Nétanyahou a reconnu que les forces israéliennes avaient mené cette frappe. Dans un communiqué, il a déclaré : « Malheureusement, au cours de la dernière journée, il y a eu un incident tragique, une frappe non intentionnelle de nos forces sur des personnes innocentes dans la bande de Gaza. » Il déclare que les responsables « vérifient cela minutieusement » et « feront tout pour que cela ne se reproduise pas. »

L’ONG WCK, basée aux Etats-Unis, a précisé dans un communiqué que les victimes étaient « originaires d’Australie, de Pologne, du Royaume-Uni (…) et de Palestine » et qu’une d’entre elles avait les nationalités américaine et canadienne. WCK a annoncé dans la foulée suspendre ses activités dans la région.

Le premier ministre australien a confirmé, mardi matin, qu’une de ses compatriotes, Zomi Frankcom, était du nombre. Anthony Albanese a salué le travail « extraordinairement précieux » qu’effectuait Mme Frankcom dans la bande de Gaza et assuré que son pays « chercherait à établir les responsabilités ». Selon le ministère de la santé de la bande de Gaza, administrée par le Hamas, un chauffeur et traducteur palestinien figurent parmi les tués.

Le ministère des affaires étrangères polonais a adressé ses « sincères paroles de sympathie » à la famille d’un bénévole polonais qui avait offert son aide aux Palestiniens de la bande de Gaza, sans préciser comment il avait été tué. « J’ai personnellement demandé à l’ambassadeur israélien, Yacov Livne, des explications d’urgence. Il m’a assuré que la Pologne recevrait bientôt les résultats d’une enquête sur cette tragédie », a fait savoir le ministre, Radoslaw Sikorski, sur X, en ajoutant que Varsovie prévoyait de mener sa propre enquête.

Au Royaume-Uni, le ministère des affaires étrangères a déclaré qu’il était au courant des informations faisant état de la mort d’un ressortissant britannique à Gaza et qu’il cherchait « de toute urgence à obtenir de plus amples informations ».

Les humanitaires venaient de livrer « plus de 100 tonnes d’aide alimentaire humanitaire acheminée à Gaza par voie maritime » dans le nord de l’enclave palestinienne et quittaient l’entrepôt de Deir Al-Balah, a expliqué WCK dans son communiqué. « L’équipe se déplaçait dans une zone sans combat à bord de deux voitures blindées portant le logo du WCK et d’un véhicule non blindé », a détaillé l’ONG.

L’armée israélienne a annoncé « enquêter sur l’incident tragique au plus haut niveau pour en comprendre les circonstances » et assuré avoir « travaillé en étroite collaboration avec WCK » pour sa distribution d’aide à la population de Gaza. « Nous allons ouvrir une enquête pour examiner cet incident grave de plus près. Cela nous aidera à limiter le risque qu’un tel événement se reproduise », a promis le porte-parole de l’armée israélienne, Daniel Hagari, dans une vidéo publiée sur X. Il a ajouté s’être entretenu avec le fondateur de WCK, José Andrés, pour lui adresser ses « plus profondes condoléances » et a exprimé sa « sincère tristesse » aux « pays alliés [d’Israël] qui ont fait et continuent de faire tant pour venir en aide à ceux qui en ont besoin ».

La Maison Blanche dit avoir « le cœur brisé »

« Le gouvernement israélien doit mettre fin à cette façon de tuer à l’aveugle », a exhorté José Andrès. Israël, a-t-il poursuivi, « doit mettre fin à la restriction à l’aide alimentaire, mettre fin aux meurtres de civils et de travailleurs humanitaires, et arrêter d’utiliser la nourriture comme une arme ».

Le Monde Application

La Matinale du Monde

Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer

Télécharger l’application

La frappe imputée à Israël a également été largement condamnée dans le monde. La Maison Blanche a dit avoir « le cœur brisé ». « Nous sommes profondément troublés par la frappe », a déclaré sur X la porte-parole du Conseil de sécurité nationale, Adrienne Watson. « Les travailleurs humanitaires doivent être protégés, car ils apportent une aide dont [les Palestiniens] ont désespérément besoin, et nous exhortons Israël à promptement enquêter sur ce qu’il s’est passé », a-t-elle ajouté.

Lire l’analyse | Article réservé à nos abonnés Dans la bande de Gaza, Israël assume sa stratégie de la faim

La Chine s’est dite « choquée » tout en rappelant que le « droit international » doit être respecté. Pékin « s’oppose à toute action qui porte atteinte aux civils, détruit des infrastructures civiles ou viole le droit international », a déclaré le porte-parole de la diplomatie chinoise, Wang Wenbin.

« Je rends hommage aux membres du personnel de WCK tués lors d’une attaque aérienne israélienne à Gaza », a réagi le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell. « Je condamne cette attaque et demande instamment qu’une enquête soit menée », a-t-il déclaré sur son compte X.

L’ONG américaine WCK est notamment engagée dans l’envoi d’aide par bateau depuis Chypre vers la bande de Gaza et dans la construction d’une jetée temporaire à Gaza. Un premier bateau y avait déchargé sa cargaison à la mi-mars sous la supervision de l’armée israélienne.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu





Source link