Home World Au Pérou, la présidente par intérim, Dina Boluarte, rattrapée par une affaire de montres de luxe

Au Pérou, la présidente par intérim, Dina Boluarte, rattrapée par une affaire de montres de luxe

Au Pérou, la présidente par intérim, Dina Boluarte, rattrapée par une affaire de montres de luxe

[ad_1]

LETTRE DE CUZCO

La ministre de l’intérieur allemande, Nancy Faeser, serre la main de la présidente du Pérou, Dina Boluarte (à droite), qui porte à son poignet une montre Rolex estimée à 19 000 dollars, à Lima, le 27 février 2024.

Dina Boluarte a le cuir épais. Ni les cinquante morts durant le mouvement de protestation en faveur de nouvelles élections, entre décembre 2022 et mars 2023, ni l’ouverture d’une enquête le 9 janvier 2023 pour « génocide, homicide aggravé et blessures graves », ni les plus de 80 % d’opinions défavorables depuis sa prise de fonctions, le 7 décembre 2022, après la destitution de Pedro Castillo (gauche), n’ont, jusqu’à présent, eu raison de la présidente par intérim du Pérou.

Mais depuis le 14 mars et les révélations du média en ligne indépendant La Encerrona sur le port de montres de luxe et leur origine mystérieuse, Dina Boluarte, propulsée présidente à la faveur du coup d’Etat manqué de son prédécesseur, pourrait voir son siège vaciller.

Elle est soupçonnée d’avoir porté toute une collection de montres de luxe – une quinzaine au total – non déclarées alors qu’elle était à la fois ministre de l’inclusion sociale et vice-présidente, entre juillet 2021 et décembre 2022. Parmi elles, au moins une Rolex d’acier et d’or rose de dix-huit carats, sertie de diamants et estimée à 19 000 dollars (environ 17 565 euros). Trois autres Rolex ont été aperçues à son poignet par les médias qui, depuis, traquent toutes les images d’archives de ses interventions.

Le ministère public a ouvert une enquête pour soupçons « d’enrichissement illicite » et « omission de déclaration de biens », la déclaration de patrimoine et de biens étant une obligation à laquelle doivent se soumettre tous les fonctionnaires. Si Dina Boluarte est actuellement protégée par son immunité présidentielle, le Congrès pourrait voter une motion de censure à son encontre.

Une telle initiative a d’ailleurs été impulsée par son ancien camp politique, Peru Libre (gauche), et devrait être présentée ces jours-ci devant l’unique chambre parlementaire. Toutefois, rien n’indique qu’une telle procédure aboutisse, car Dina Boluarte continue de bénéficier de soutiens au sein de la chambre. Certains commentateurs politiques raillent d’ailleurs la tiédeur du Congrès, rappelant que ce dernier – dominé par la droite et l’extrême droite – aurait par le passé évincé Pedro Castillo pour moins que ça.

Curiosité des journalistes d’investigation

Dina Boluarte a tenté dans un premier temps d’éteindre l’incendie en affirmant que tout cela relevait de la sphère privée, puis s’est défendue en arguant qu’elle avait acquis ces montres il y a longtemps – sous-entendu, avant la prise de ses fonctions au poste de vice-présidente.

Il vous reste 55.85% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

[ad_2]

Source link