Au Mali, le chef de la junte lance la phase nationale du « dialogue pour la paix et la réconciliation »

2625


Le colonel Assimi Goïta, président de la transition au Mali, à Saint-Pétersbourg, en Russie, le 29 juillet 2023.

Le chef de la junte malienne, le colonel Assimi Goïta, a lancé à Bamako, lundi 6 mai, la phase nationale de concertations censées produire sans intervention étrangère des solutions pour sortir le pays de la crise dans laquelle il est plongé depuis des années. Ce « dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation nationale », précédé par une phase de consultations locales, doit s’achever vendredi. Il est boycotté par une grande partie de ce qui reste de l’opposition.

Les colonels qui ont pris par la force, en 2020, la tête de ce pays en proie aux attaques djihadistes et aux agissements des groupes armés, sont accusés par leurs détracteurs d’utiliser ces concertations pour légitimer leur maintien au pouvoir. Ils ont manqué à leur engagement d’organiser une élection présidentielle en février et de céder la place à des civils élus fin mars. Ils ont suspendu les activités des partis en avril, leur reprochant leurs critiques contre le non-respect de leurs engagements et contre le « dialogue ».

Le colonel Goïta a néanmoins assuré que le « dialogue » avait été « entièrement inclusif », conformément à sa volonté de voir tous les Maliens « y participer et s’exprimer librement ». Le chef de l’Etat, qui a fait du rétablissement de la souveraineté nationale son mantra, a promu ces consultations comme une recherche purement malienne de solutions. « Nous avons décidé que les Maliens se retrouvent entre eux sans intermédiaires pour dessiner une nouvelle architecture de la paix », a-t-il dit lors d’une cérémonie retransmise par la télévision nationale, sans aucune indication précise sur les voies d’une sortie de crise.

Les autorités présentent le « dialogue » comme se substituant à l’accord de paix d’Alger signé en 2015 avec les séparatistes du Nord. L’accord était considéré par les partenaires internationaux comme un facteur primordial de stabilisation, mais était perçu par une partie de l’opinion comme une tentative de partition imposée par l’étranger. Les indépendantistes ont repris les armes contre l’Etat central en 2023 et la junte a dénoncé l’accord. « Les solutions préconisées par la communauté internationale ont plutôt contribué à élargir les zones de tension pour toucher une grande partie du territoire », a dit le colonel Goïta.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Source link