à Reconquête !, un « deal politico-financier » entre Marion Maréchal et Eric Zemmour

4347


Marion Maréchal, tête de liste de Reconquête ! pour les élections européennes, et Eric Zemmour, président du parti, lors de la présentation officielle de la liste pour le scrutin du 9 juin, à Paris, le 7 mai 2024.

« J’ai non seulement besoin de votre vote, le 9 juin prochain, mais j’ai aussi besoin de votre aide et de votre soutien, notamment financier. » Ce 17 avril, à deux mois des élections européennes dans lesquelles elle mène la liste de Reconquête !, Marion Maréchal publie sur ses réseaux sociaux un appel aux dons – que le parti Reconquête ! ou Eric Zemmour ne relaient pas. Pourquoi la candidate d’un parti qui vit confortablement et a le soutien des banques est-elle contrainte de faire appel à ses donateurs ? Comme l’a appris Le Monde, la délivrance d’une partie des fonds de campagne, d’un montant de 1 million d’euros, a fait l’objet d’un conflit, au mois de mars, entre l’équipe de Marion Maréchal et la direction de Reconquête !.

Le parti finançant seul la campagne, à hauteur du plafond de remboursement des dépenses par l’Etat – autour de 4,3 millions d’euros –, l’arme financière a été brandie par les proches d’Eric Zemmour au plus fort des tensions, au moment de son grand meeting de campagne, au Dôme de Paris, le 10 mars. Ce n’est qu’après une réunion de clarification, visant à rappeler à Marion Maréchal le « deal politique » entre elle et Eric Zemmour, que le million d’euros retenu a été libéré. La campagne, toutefois, n’a jamais été à court d’argent et n’a pas été entravée par cet épisode, assure-t-on dans chaque camp.

Cet événement est une manifestation parmi d’autres de la tension qui a régné à Reconquête ! tout au long de la campagne. Fin mars, Le Point révélait l’état très dégradé des relations entre Eric Zemmour et Marion Maréchal : la tête de liste reprochait au candidat à l’élection présidentielle de lui prendre une partie substantielle de son temps de parole. L’absence d’Eric Zemmour dans les éléments de communication du parti a fait l’objet de tensions récurrentes. Comme s’en félicite un acteur au cœur de la campagne, soutien de l’ancien candidat à l’élection présidentielle, les zemmouristes historiques ont fait comprendre à la campagne de Marion Maréchal que les finances, les réseaux sociaux et les fichiers d’adhérents leur appartenaient. Le sénateur Reconquête ! des Bouches-du-Rhône Stéphane Ravier, seul élu national du parti, se dit navré : « Si je commence à raconter comment s’est passée cette campagne… Tout ce que je sais, c’est que l’argent a fini par arriver. »

« Moment de stress »

Stanislas Rigault, membre de la direction de Reconquête ! et proche d’Eric Zemmour, assure qu’« il n’a jamais manqué d’argent au cours de la campagne ». Son versement aurait cependant été conditionné au « deal politique et financier » liant certains paiements à des engagements ayant trait à la composition de la liste ou au rythme de la campagne. La nomination du polémiste Jean Messiha, réapparu au début du mois de mai contre l’avis de Marion Maréchal, a notamment fait partie des discussions, selon plusieurs sources issues des deux camps. Ce compagnon de route de la campagne présidentielle 2022 a récupéré la huitième place, initialement attribuée à Philippe Vardon, directeur de campagne.

Il vous reste 38.15% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link