A Memphis, Graceland, la maison du King, échappe de peu aux enchères

2803


Graceland est l’un des lieux les plus célèbres des Etats-Unis. Chaque année, ils sont plus de 600 000 à le visiter.

Graceland, la dernière demeure d’Elvis Presley, située à Memphis dans le Tennessee, pourrait être cédée par la société d’investissement qui en revendique la propriété ; mais la petite-fille du King, l’actrice Riley Keough, a réussi à faire pour l’instant annuler la vente.

Le siège du clan

Elvis Presley, légende du rock’n’roll, avait acheté le grand domaine de Memphis en 1957. Le chanteur y est mort vingt ans plus tard, selon toute vraisemblance dans les toilettes du premier étage. Il est enterré dans le jardin, de même que d’autres membres de sa famille – dont sa fille unique, Lisa Marie, décédée en 2023, à 54 ans. Elle avait hérité des lieux à 25 ans et évincé de l’héritage sa mère, Priscilla, au profit de ses enfants.

Mais une société d’investissement assure aujourd’hui que Lisa Marie avait contracté un prêt, jamais remboursé, en hypothéquant Graceland. Et l’établissement réclame la propriété des lieux pour la mettre aux enchères. In extremis, l’actrice Riley Keough, petite-fille d’Elvis et de Priscilla Presley, a réussi à faire annuler la vente. En attendant un procès qui devrait décider du sort de la demeure.

Un lieu de pèlerinage

Si Graceland est ainsi convoitée, c’est que la demeure est l’un des lieux les plus célèbres
d’Amérique. Ils sont plus de six cent mille fans et curieux à venir chaque année visiter les 13 hectares du parc et arpenter une partie de la maison de vingt-trois pièces.

Depuis 1982, date de son ouverture au public, l’adresse est un lieu de pèlerinage. Des parades ont lieu sur l’avenue, rebaptisée Elvis Presley Boulevard. Les anniversaires du chanteur (de sa naissance, de sa mort, des sorties de ses albums) sont fêtés. Les restaurants du coin servent des sandwichs banane-beurre de cacahuète, que la star boulimique avalait quotidiennement, arrosés de Coca-Cola. Les recettes du tourisme lié au King pour la ville de Memphis sont estimées à 150 millions de dollars (138 millions d’euros) par an.

Un temple de la démesure

Du vivant d’Elvis, tout Graceland tournait autour de lui. Le chanteur passait du temps au sous-sol à regarder trois téléviseurs simultanément. Selon l’universitaire Mark Crispin Miller, dans un article de la New York Review of Books publié en 1977, Graceland était « le siège d’une organisation qui lui était dédiée ». Les placards de la cuisine devaient être constamment remplis de ses friandises favorites, les tourne-disques diffusaient ses chansons.

Amoureux de l’esthétique polynésienne depuis le tournage du nanar Sous le ciel bleu d’Hawaï, en 1961, il avait fait installer une jungle room : fougères, mur-cascade, moquette en moumoute verte, meubles tropicaux… Quand il partait en tournée, ses équipes installaient les meubles de Graceland dans les suites des hôtels pour qu’il s’y sente à l’aise.

Il vous reste 22.8% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link