Une enquête administrative conclut que des élèves juifs n’ont pas subi de discrimination lors de l’oral du bac

2170


La ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse, Nicole Belloubet, à l’Elysée, à Paris, le 26 juin 2024.

Des élèves d’un lycée juif parisien ont-ils été injustement pénalisés lors de l’oral du bac ? Les conclusions de l’enquête administrative ordonnée jeudi 11 juillet par la ministre de l’éducation nationale, Nicole Belloubet, n’ont pas tardé et elles sont sans équivoque. « Rien ne permet de retenir une discrimination réelle ou supposée à l’égard des élèves du lycée Yabné », conclut le rapport d’enquête consulté par Le Monde.

Dans la matinée, Nicole Belloubet avait demandé l’ouverture de cette enquête après des accusations de discrimination au préjudice d’élèves de ce lycée juif parisien sous contrat, lors de l’oral du bac 2024. « Vous avez été nombreux à m’alerter sur cette situation. Dès connaissance des faits, j’ai demandé à mes services de lancer une enquête approfondie. Si les faits étaient avérés, ils seraient intolérables dans notre école. Et je ne laisserai rien passer », avait écrit la ministre sur X.

Sur le même réseau social, l’avocat Patrick Klugman affirmait que le lycée privé sous contrat Yabné avait « constaté un biais de notation au préjudice de quinze de ses élèves qui ont passé l’oral de spécialité du bac devant deux jurys d’un même centre d’examen à Paris ». « On parle de neuf points d’écart sur vingt en moyenne par rapport aux cent vingt-trois autres candidats du lycée qui sont passés devant d’autres jurys. Cet écart, qui n’est explicable ni statistiquement ni pédagogiquement, fonde une suspicion de discrimination », estimait l’avocat.

Le lycée réclamait « que les notes discriminatoires soient écartées pour ne pas porter préjudice aux élèves », complétait l’avocat, tandis que plusieurs élus exigeaient des éclaircissements sur les faits.

« Pas de distorsion majeure des notes »

Sagissant de l’organisation de l’épreuve ou des notes octroyées aux élèves de lycée Yabné, le rapport d’enquête ne décèle pourtant aucune anomalie. « De manière générale, 173 candidats ont passé le grand oral en physique-chimie dans ce centre d’examen, dont 97 issus du lycée Yabné. La distribution des notes ne montre pas de distorsion majeure pour les élèves du lycée Yabné », relèvent les enquêteurs.

Après avoir examiné les notes octroyées par un jury jugé particulièrement sévère, le rapport d’enquête constate là encore, graphique à l’appui, que « la distribution des notes, plus étendue, ne permet pas d’observer une différence de traitement globale entre les élèves de Yabne et les autres ». Sur les neuf élèves ayant obtenu la note maximale de 20/20, cinq appartenaient au lycée Yabné, souligne d’ailleurs le rapport.

« Ces éléments ne permettent pas de conclure que les élèves du lycée Yabné auraient subi une quelconque discrimination à raison de leur religion supposée ou de leur établissement d’origine », conclut le rapport.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Source link