« Trop de nos concitoyens musulmans ne savent plus s’ils peuvent compter sur l’estime d’un pays dont ils contribuent à forger le destin »

3459


Citoyen et prêtre catholique qui tente de favoriser un paradigme d’estime et de coopération entre les religions plutôt qu’une logique de confrontation, je suis fils du concile Vatican II (1962-1965) qui a osé un regard d’estime sur les autres religions − à ne pas confondre avec la naïveté. Les évêques français se sont déjà exprimés mais, avec d’autres catholiques, je pense important de me joindre au débat collectif pour entrer en discussion, même avec mes frères ou mes amis séduits par l’extrême droite.

Je m’y risque car trop de nos concitoyens musulmans ne savent plus s’ils peuvent compter sur l’estime d’un pays dont ils contribuent à forger le destin. Dans le contexte électoral actuel, leur inquiétude doit être entendue.

« Les musulmans sont la France, eux aussi »

De fait, les lumières métaphysiques, littéraires ou artistiques des civilisations islamiques qui éblouirent tant d’orientalistes, ont laissé place, dans nos esprits, au dédain ou à des thèses réductrices. Voici l’islam désigné souvent comme l’ennemi juré d’une civilisation judéo-chrétienne qu’il a pourtant aidé à gravir les sommets. Certes, ceux qui devraient en rénover les usages et les doctrines le servent parfois bien mal. Les islamistes, prospérant sur le désarroi et la misère, ont su jouer de logiques binaires jusqu’à favoriser la violence vengeresse d’un millénarisme étroit, qui terrorise aussi les musulmans. Tout cela finit par diffuser une peur que d’aucuns s’emploient à utiliser politiquement.

Je ne viens pas, pour autant, pointer du doigt ceux qui ont exprimé, dans les urnes, une exaspération multiforme. Je ne souhaite pas analyser ici les raisons d’un vote RN. Elles sont diverses. Je me permets simplement d’interroger la tendance à tolérer sans sourciller le soupçon global qu’instillent les affirmations racistes ou juste simplistes.

Je me contente d’un constat simple qui part de l’anniversaire du débarquement allié que nous venons de commémorer : il donne à voir les libérateurs de l’Europe dans leur composante multi-ethnique et multireligieuse. La France put alors compter sur des milliers d’hommes issus des cultures musulmanes d’Afrique sub-saharienne et du Maghreb. Beaucoup sont morts pour la France comme déjà, avant eux, leurs ancêtres en 14-18. Qu’ils reposent en paix. La Grande Mosquée de Paris en est le digne mémorial et la gardienne de la mémoire de nombreux musulmans qui sauvèrent des juifs de la terreur nazie.

Mais je veux aussi, comme déjà dans mes vœux aux musulmans pour l’Aïd-el-Kebir, prendre en compte mes compatriotes musulmans d’aujourd’hui. Ils sont binationaux mais pas toujours, pratiquants ou non, mariés à un conjoint musulman ou pas ; ils sont réfugiés, pauvres ou riches, peu ou très qualifiés, habités d’un sens civique profond ou insuffisant, clairs avec l’islamisme ou pas suffisamment, honnêtes ou délinquants, ouverts au dialogue interreligieux ou méfiants… Ils vivent les milles nuances d’une identité complexe.

Il vous reste 53.41% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link