Steve Bannon, ex-conseiller de Trump, a commencé à purger sa peine de prison

4640


Steve Bannon s’exprime devant l’établissement pénitentiaire fédéral de Danbury, le lundi 1ᵉʳ juillet 2024, dans l’Etat du Connecticut.

« Je suis fier d’aller en prison aujourd’hui (…) si c’est ce qu’il faut pour tenir tête à Joe Biden. » L’ancien conseiller de Donald Trump, Steve Bannon, s’est rendu dans la prison fédérale de Danbury, dans l’Etat du Connecticut (nord-est des Etats-Unis), pour commencer à purger sa peine pour entrave à l’enquête parlementaire sur l’assaut du Capitole, a constaté un photographe de l’Agence France-Presse, lundi 1er juillet. Il s’est décrit comme « un prisonnier politique ».

Steve Bannon, idéologue populiste et figure influente de la mouvance ultra-conservatrice âgée de 70 ans, doit maintenant purger quatre mois derrière les barreaux, après que la suspension de sa peine, conséquence d’un de ses recours, a été rejetée par un juge.

Pantalon gris et chemise noire, il a été accueilli aux abords du bâtiment pénitentiaire par une petite foule de partisans porteurs de drapeaux « Trump 2024 » et par l’une des plus farouches élues trumpistes au Congrès, Marjorie Taylor Greene, qui lui a donné l’accolade devant les caméras.

S’il ne travaille plus officiellement pour le candidat des républicains, Steve Bannon l’a encore assuré de son soutien lundi et il a promis qu’il userait de toute son influence pour favoriser sa réélection, notamment via son podcast « War Room », qui continuera sans lui.

Refus de coopérer dans l’enquête sur l’assaut du Capitole

Avant d’arriver à la prison de Danbury, il a pris la parole sur son émission pour se féliciter des résultats du premier tour des élections législatives anticipées en France, marquées par la nette victoire de l’extrême droite, et des autres bons résultats de cette mouvance dans d’autres pays lors des élections européennes : « Notre mouvement vit son moment », s’est-il réjoui.

Steve Bannon avait été condamné en octobre 2022 à quatre mois de prison pour entrave aux pouvoirs d’enquête du Congrès en raison de son refus de coopérer à l’enquête parlementaire sur l’assaut du Capitole le 6 janvier 2021, une peine confirmée en appel le 10 mai 2024.

La veille du 6 janvier, Steve Bannon avait prédit que « tout l’enfer » déferlerait. Et le jour où des centaines de partisans de Donald Trump avaient pris d’assaut le siège du Congrès américain, afin de tenter d’y empêcher la certification de la victoire de Joe Biden à l’élection de novembre 2020, Steve Bannon avait échangé au téléphone avec le président sortant. Les parlementaires voulaient donc l’interroger sur son rôle.

Son entrée en prison intervient le jour où la Cour suprême américaine, à majorité conservatrice, a encore repoussé le procès fédéral de Donald Trump pour ses tentatives présumées d’inverser illégalement les résultats de l’élection de 2020.

Le Monde Application

La Matinale du Monde

Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer

Télécharger l’application

Un autre ancien conseiller de Donald Trump à la Maison Blanche, Peter Navarro, purge déjà une peine de quatre mois ferme pour avoir refusé de répondre à une convocation du Congrès dans l’enquête sur l’assaut du Capitole.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Source link