Robbie Robertson, guitariste canadien de The Band, est mort à 80 ans

2975

Le guitariste canadien Robbie Robertson, fondateur du groupe de folk et de rock américano-canadien The Band, est décédé mercredi à l’âge de 80 ans, a annoncé son manageur au magazine Variety. Collaborateur de Bob Dylan, Robertson a écrit les morceaux les plus connus de son groupe The Band, actif de la fin des années 1960 au milieu de la décennie suivante : The Weight, The Night They Drove Ol’Dixie Down et Up On Cripple Creek.

D’après son agent, cité par Variety, Robertson est mort entouré de sa famille mais sans qu’on connaisse la cause précise de son décès. Il est né le 5 juillet 1943 à Toronto, au Canada, d’une mère amérindienne. Adolescent, il part sur les routes des festivals de musique itinérants, avant de rejoindre nombre de petits groupes de musique. « Je joue de la guitare depuis tellement longtemps que je ne me rappelle pas quand j’ai commencé », avait-il confié un jour au magazine Rolling Stone. « J’imagine que je suis entré dans le rock comme tout le monde », racontait-il avec humilité.

Ce guitariste et compositeur fonde alors dans les années 1960 un groupe, qu’il finira par baptiser The Band, avec Levon Helm au chant et à la batterie, Garth Hudson aux claviers et au saxophone, Richard Manuel au piano, à la batterie et au chant et Rick Danko à la basse.

De Woodstock au cinéma

Hudson est le dernier survivant du groupe, qui collabora en force avec Dylan notamment sur l’album Blonde on Blonde. Groupe typique du folk et du rock aux Etats-Unis dans les années 1960-1970, The Band laisse des morceaux d’anthologie comme The Weight, mélange de folk, de country et de gospel, évoquant les grands espaces sauvages et le sud du pays. Le groupe a été aussi du mythique festival de Woodstock en 1969 et a produit les albums Music from Big Pink, The Band et Cahoots.

Le concert d’adieu de The Band à San Francisco en 1976 a été immortalisé deux ans plus tard sur écran par un documentaire du cinéaste Martin Scorsese, The Last Waltz (La dernière valse), film qui a ouvert la voie aux longs-métrages sur le rock. Robertson devient alors un proche de Martin Scorsese, qui l’engage comme musicien sur ses films Casino et Gangs of New York.

Le guitariste n’est plus reparti en tournée mais il a sorti ensuite nombre d’albums en solo et a cultivé un personnage apprécié du public rock et folk et du petit milieu de la poésie américaine. « Je pensais à quelques mots qui me menaient à d’autres », racontait-il à Rolling Stone à propos de son chef-d’œuvre The Weight.

Le Monde avec AFP

Source link